Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Père Olivier DEVAUX ma vie

 

  Ma vie m'a déjà fait passer par les paroisses de notre doyenné de Val d'Aubois Dunois.il y a une dizaine d'années, j'ai été ordonné diacre en l'église de Sancoins et je  partageais la vie des Pères Stéphane Maritaud et Serge Liger. L'Eglise me renvoie là où j'ai fait mes premières célébrations de mariages et baptêmes. Je suis né à Paris, mais j'ai vécu mon enfance à Châteauroux. C'est  pendant  cette période qu'est apparu mon désir d'être prêtre, mais pragmatique je ne voulais pas, après mon bac, partir en formation. J'ai choisi d'apprendre un métier celui de chef de chantier pour le bâtiment.C'est seulement après ces deux années que je suis entré au séminaire d'Orléans. De nouveau, j'ai choisi de prendre du temps pour vivre dans un autre pays: au Tchad, où je travaillais pour un diocèse comme conducteur de travaux.   

Revenu en France, j'ai achevé ma formation et  en même temps j'étais en stage dans des paroisses: d'abord sur Bourges, puis sur Nérondes, Sancoins et La  Guerche. Une fois ordonné, le diocèse m'a envoyé à la fois dans une paroisse de Bourges et auprès des jeunes de ce secteur. 4 ans plus tard,  je partais pour rejoindre La Châtre et ses environs dans l'Indre. Depuis 4 ans, je suis curé avec un autre prêtre de Vierzon et deux autres paroisses limitrophes. Le diocèse m'a également confié plusieurs missions diocésaines : la coopération missionnaire qui œuvre pour la dimension universelle de l'Eglise, qui m'a permis d’accompagner notre évêque en Bolivie et au Sénégal et l'administration de l'immobilier pour l'Enseignement catholique. Venir dans le Val d'Aubois est un challenge, je ne connais pas très bien le monde rural, il nous faudra rejoindre les nombreuses et diverses réalités de ce grand territoire.  Avec le Père Stéphane de Maistre et le Père Léopold Goga, avec vous, nous essaierons de présenter un visage accueillant de l'Eglise, heureuse de suivre Jésus comme maître et comme ami. Je ne peux clore cet article sans une pensée pour le Père François Foudrat qui nous laisse héritiers de cette hospitalité du désir de cheminer qui l'habitait.