Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Pourquoi Châteauneuf ?

Châteauneuf-sur-Cher n’est pas un lieu d’apparition, Châteauneuf-sur-Cher n’a pas de saint, Mais depuis la nuit des temps, il y eut une dévotion toute spéciale à la Sainte Vierge à Châteauneuf-sur-Cher.

« Quand en 1183, les habitants parvinrent à se débarrasser des « Routiers » après dix jours de souffrance et de combat, la tradition prétend que la victoire fut remportée par la protection de Marie invoquée avec ferveur ; l’histoire écrite ajoute que ceux des nôtres qui périrent dans ces troubles laissèrent une mémoire vénérée, et que la croyance se répandit que des miracles s’accomplissaient par leur intervention.

Plusieurs fois la Sainte Vierge fut suppliée d’écarter des fléaux et des épidémies.

Châteauneuf l’invoqua notamment lorsque la peste ravagea la pays, en 1654, et c’est en témoignage de gratitude pour la protection de Marie en cette occasion terrible que fut érigé une croix de pierre.

Ainsi Châteauneuf a toujours honoré, servi et  prié la Sainte Vierge. N’est-il pas permis de penser que c’est là  une des causes principales qui ont valu à cette petite ville, d’être élue entre toutes, le jour où "Notre-Dame des Enfants" voulut avoir un sanctuaire ? » (E.-G Hervet  Notre-Dame des Enfants, histoire de l’église de Châteauneuf-sur-Cher et de L’archiconfrérie… 1896)

 

Lors de sa nomination de curé-doyen de Châteauneuf-sur-Cher, l’abbé Jacques Marie Ducros découvrit une église qui menaçait ruine.

L’abbé Jacques Marie Ducros était un homme intelligent, fort pieux et très prudent, sa nature semblait rebelle à toute entreprise extraordinaire.

Il se posait la question : « Où donc trouver assez d’argent, ô mon Dieu, pour vous construire une nouvelle demeure ? »

Alors, dans cet embarras extrême, Monsieur le Curé Ducros ne pouvait que s’agenouiller et prier.          

Il comptait faire lentement… la Sainte Vierge fit vite.
Il voulait faire simple … la Sainte Vierge fit grand
La sainte Vierge continua par l’érection de la Confrérie au niveau du diocèse.
La Sainte Vierge voulut plus encore : que cette Confrérie soit érigée en Archiconfrérie de Notre-Dame des Enfants, pour la placer sous les auspices mêmes du Chef suprême de l’Eglise,  ce qui fut accordé par le pape Pie IX .

Aujourd’hui, l’Archiconfrérie de Notre-Dame des Enfants  continue de perpétuer l’Oeuvre de l’Abbé Ducros, en réunissant tous ses membres présents ou en union de prières dans la prière du chapelet qui a lieu tous les mercredis à 17h30 dans la  basilique Notre-Dame des Enfants et en organisant le pèlerinage de Notre-Dame des Enfants au mois de mai.

L’action de Notre-Dame continue, il n’y qu’a regarder les ex-voto qui ornent les murs de la basilique ou le cahier de prières et remerciements à disposition des visiteurs de la basilique. 

 

«  Dieu l’a choisie pour la trésorière, la dispensatrice de toutes ses grâces, en sorte que toutes ses grâces et tous ses dons passent par ses mains, et, selon le pouvoir qu’elle en a reçu, suivant int Bernardin, elle donne à qui elle veut, comme elle veut, quand elle veut et autant qu’elle veut, les grâces du Père Eternel, les vertus de Jésus-Christ et les dons du Saint Esprit » (Saint Louis Grignion de Monfort, Le secret de Marie (10-4)).

Souvent nous en recevons, mais la difficulté est de les discerner.