Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Visite d'un partenaire indien du CCFD en Berry

A la mi-carême, un partenaire indien, l'AREDS, est venu visiter le CCFD en Berry pour un échange mutuel d'expérience, mais aussi faire tomber les préjugés.

Samy, dirigeant et fondateur de l'AREDS (Association of Rural Education and Development Service), association indienne pour l'éducation en milieu rural et le développement de services, était de passage ces dix derniers jours en Berry pour visiter le CCFD. Il a été invité par l'association pour parler de solidarité, de partage, mais aussi pour constater l'action déployée localement.

Les deux associations ont exactement les mêmes objectifs : combattre la pauvreté par l'aide sociale et l'éducation et rendre les populations les plus fragiles maîtresses de leur destin

L'AREDS concentre ses efforts sur les intouchables, ces personnes qui n'ont ni accès à l'éducation, ni à la propriété du fait, entre autre, que la plupart sont exlus du système des castes, système dictant la vie sociale en Inde. Mais la réalité législative est toute autre nous explique Samy, puisque la Constitution du pays prévoit un système de discrimination positive envers cette tranche de la population en leur favorisant l'accès à la terre et à l'éducation.

La difficulté réside dans le fait que beaucoup d'entre eux n'ayant aucun moyen d'accéder à l'éducation et subissant la pression sociale de certaines castes, ceux-ci ne connaissent pas leurs droits promulgués par la Constitution. La première mission de l'AREDS est donc de les en informer.

Samy nous explique que, par la suite, c'est l'agriculture biologique qui leur est enseignée. L'objectif est d'inscrire ces personnes dans un cycle de développement durable et de les laisser en dehors de toute logique de mondialisation. Exit donc les normes de sécurité alimentaire pour laisser la place à une certification alimentaire. En d'autres termes, l'AREDS préfère déveloper une économie locale grâce à l'éducation avec une vente de la main à la main et non une participation à l'économie mondiale. L'important est donc de savoir qui a cultivé le produit et d'où il vient et non qui l'a transformé et dans quelles conditions.

Samy nous a confié avoir beaucoup appris de son passage en Berry. Si nous, occidentaux, avons pour les indiens la réputation de polueurs sans scrupules, il a pu remarquer que beaucoup d'actions étaient menées pour que nous nous débarrassions de nos mauvaises habitudes. 

Il a même envie de nous piquer une idée : l'installation d'éoliennes personnelles pour permettre aux fermes indiennes de devenir un peu plus autonomes sur le plan énergétique.

Nous attendons maintenant le mois de juillet prochain pour le voyage retour du CCFD en Inde dans le but de s'enrichir de l'expérience locale de l'AREDS.

 

François Chasseriau

Le 19 mars 2015