Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Les portes Jubilaires se sont refermées

Elles seront restées ouvertes onze mois, jour pour jour. Depuis le dimanche 13 décembre 2015, les portes saintes de la miséricorde accueillent les fidèles engagés dans la démarche de pardon placée au cœur du Jubilé de la miséricorde.

Tout au long du Jubilé, nous nous sommes efforcés de vivre cette Année Sainte de la Miséricorde à la lumière de la parole du Seigneur : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Lc 6, 36).

Ce dimanche 13 novembre, conformément au calendrier officiel du Jubilé, les portes jubilaires du diocèse se sont refermées, tout comme les trois basiliques pontificales de Rome (Saint-Paul-hors-les-Murs, Saint-Jean-de-Latran et à Sainte-Marie-Majeure).

Seule la porte sainte de la basilique Saint Pierre de Rome – qui a été franchie, début novembre par plus de 20 millions de personnes – restera ouverte jusqu’au dimanche 20 novembre, date officielle de la clôture de l’année sainte.

En Berry, ce sont les portes saintes de Bourges, Issoudun et le sanctuaire de Pellevoisin qui se sont refermées dimanche.

De la même façon, la porte sainte de la basilique du Vatican avait été ouverte avant toutes les autres par le pape François, le mardi 8 décembre 2015, qui l’avait franchie le premier, marquant l’ouverture officielle du jubilé. Seule exception, la porte sainte de la cathédrale de Bangui, en Centrafrique, que le pape avait tenu, dans un geste symbolique, à ouvrir lui-même, dès le 29 novembre 2015.

Signes concrets de la démarche de conversion à laquelle ont été invités les catholiques pendant cette année, les portes saintes auront été l’élément central de ce Jubilé décidé par le pape François, qui touche désormais à sa fin. Franchir la porte sainte, indiquait la bulle pape d’indiction du Jubilé Misericordiae Vultus, évoque « le passage que tout chrétien est appelé à effectuer du péché à la grâce ».

C’était la première fois que des portes saintes étaient ouvertes dans tous les diocèses du monde : chaque cathédrale, mais aussi, localement, dans des églises portant une signification spéciale. Ainsi, à Issoudun et Pellevoisin, une basilique et un sanctuaire s'ajoutaient à la cathédrale Saint-Étienne de Bourges.

François Chasserioau

Le 14 novembre 2016

Crédit photo : Cédric Clément, 2016

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.