Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Le sacrement de réconciliation et l’assemblée pastorale diocésaine

Comme chaque année, l’ensemble des responsables diocésains impliqués dans les parcours de type catéchuménal se retrouvent à Issoudun pour une journée de formation en présence de Mgr Maillard et d’un invité d’honneur pour parfaire la formation.

« Nous avons à porter en nous cette expérience du sacrement de réconciliation ». Tels étaient les mots de l’Archevêque au sortir de cette formation dédié aux responsables diocésains.

En effet, le thème de la journée portait sur le sacrement de réconciliation. Au programme : temps de prières, conférences, ateliers, projections de vidéos et de photos, tous les ingrédients étaient là pour que la formation soit complète et diversifiée.

Le sacrement de réconciliation est un sacrement clef dans les parcours de type catéchuménal. En effet, il a de particulier qu’on le retrouve dans l’ensemble des six autres sacrements : le baptême, l’eucharistie, la confirmation, le mariage, le sacrement des malades et l’ordre. Dans chacun d’entre eux Dieu est un point de départ pour se purifier et se préparer aux six autres. C’est l’une des choses qu’a pu enseigner le père Philippe Marxer frère jésuite responsable du service national du catéchuménat.

Si le père Marxer et Véronique Picot, responsable du SDC-EJA et organisatrice de l’événement, admettent volontiers que l’enseignement de cette journée n’apporte pas de réponses toutes prêtes aux acteurs pastoraux, la formation aura eu le mérite d’ouvrir un peu plus l’esprit des participants à la douceur infinie de l’amour de Dieu. Chacun est reparti le cœur plus gonflé d’espérance et prêt à continuer sa mission d’accompagnement des catéchumènes et des chrétiens demandeurs d’un sacrement, tout en se posant de nouvelles questions qui porteront du fruit dans les jours, semaines ou mois à venir.

Comme l’a si bien dit Mgr Maillard pour conclure cette journée : « Nous devons être des missionnaires de ce pardon qui nous fait vivre dans les communautés auxquelles nous appartenons et nos mouvements. […] Soyons fiers de ce que nous vivons, n’ayons pas peur de le faire connaître ! »

François Chasseriau

Le 27 janvier 2016

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.