Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

L'actualité de l’épître de Jacques

La liturgie de ce mois nous fait lire de larges extraits de cette épître circulaire, adressée aux chrétiens dispersés dans le monde, et mise sous le patronage de Jacques, « frère du Seigneur » qui a dirigé la communauté chrétienne de Jérusalem.

De tous les écrits du Nouveau Testament, cette épître est celle qui s'inspire le plus du Sermon sur la Montagne. Jacques ne cite pas expressément les paroles de Jésus, mais il en développe les conséquences sur la pratique des fidèles. D'emblée, il invite à se réjouir dans les diverses épreuves de l'existence (I, 2) et à s'exercer ainsi à la persévérance. Il s'agit d'accueillir la Parole semée dans nos cœurs. Il ne suffit pas d'écouter, il faut passer à l'action : visiter les orphelins, soutenir les veuves...( 1, 27) Texte lu le 30 août

Les questions sociales tiennent une grande place dans cette épître. Certes Jacques ne fournit pas de recettes pour aujourd'hui,  mais ses exhortations et ses cris de protestation doivent éveiller notre conscience et nous inviter à chercher ensemble des solutions.

Relevons d'abord l'attention à donner aux petites gens dans nos assemblées chrétiennes (2, 1-5) ? Texte lu le 6 septembre

Certes, le temps est bien passé où une chapelle était réservée dans nos églises pour le châtelain. Mais, en plus d'une solidarité qui s'est largement développée, sommes-nous assez attentifs à leur manière de s'exprimer et à leurs requêtes ?

C'est dans cette ligne qu'il faut lire l'opposition entre la foi et les œuvres (2, 14-26). Jacques s'en prend vigoureusement à une déformation de la doctrine de Paul et condamne ceux qui se contentent de belles paroles au lieu de faire passer leur foi dans l'attention concrète aux besoins de leurs semblables.  Texte lu le 13 septembre

Jacques est très attentif aux méfaits de la langue (3, 1-14), qui n'est certainement pas plus pure que la main ! La sagesse d'en haut est pacifique, bienveillante pleine de miséricorde (3, 17). Texte lu le 20 septembre

Tout le passage est haut en couleurs et doit nous faire réfléchir à la puissance de l'opinion publique. Sommes-nous soucieux de soutenir les medias qui apportent une vision chrétienne sur la vie du monde, sur l'accueil des réfugiés, le soutien des familles ?

A la manière des prophètes d'Israël, Jacques harangue les trafiquants de son temps qui parcourent le monde pour leurs affaires (4, 13-17). La doctrine sociale de l'Église apprend à bien distinguer entre la spéculation  boursière, déconnectée de l'économie réelle, et l'utilité sociale des entrepreneurs qui cherchent à sauvegarder les emplois et à orienter leur production pour la sauvegarde de notre « maison commune », la terre. « Être en mesure de faire le bien et ne pas le faire, c'est un péché. » (4, 17)  Jacques relaie le cri des moissonneurs payés un salaire de misère (5, 4). Texte lu le 27 septembre

C'est la question du « juste prix » en agriculture comme ailleurs. Contre les yoyos de la spéculation, les paysans comme tous les travailleurs doivent pouvoir vivre décemment grâce au fruit de leur labeur.

L'épître de Jacques n'oublie pas les malades. Elle invite l'entourage à la prière avec les prêtres chargés de l'onction d'huile pour le soutien de ceux qui souffrent (5, 13-16). Une recommandation trop souvent oubliée !

Puissent ces quelques notations vous inviter à lire avec attention des exhortations qui n'ont rien perdu de leur actualité !

Père Édouard Cothenet

Le 4 septembre 2015

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.