Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

LE CARÊME EST-CE TRISTE ?

 

Le carême, est-ce triste ?

Extraits d’une interview de Frère Nicolas Morin, franciscain par Sophie de Villeneuve pour Radio Notre-Dame (émission "Mille questions à la foi").

 

Nous entrons en carême, et nous allons une fois de plus nous demander comment utiliser au mieux ce temps qui nous mène à Pâques. L’Église nous recommande le jeûne, la prière et le partage. Certains trouveront cela sans doute austère, et poseront la question : le carême doit-il être triste ?

… En ce qui me concerne, j'attends le carême avec joie, car c'est un rendez-vous que Dieu me donne pour grandir dans ma foi, pour grandir avec moi-même, avec Dieu et avec les autres. C'est une chance qui m'est donnée. Pénitence, oui, dans le sens d'un changement profond qui m'est proposé.

... On n'a jamais fini de changer ! Le carême dure quarante jours. Il y a bien sûr les quarante ans au désert, et le but du désert, ne l'oublions pas, c'est la terre promise. Cette terre promise, c'est la terre du devenir soi. Je vais enfin devenir ce que je suis appelé à être : le fils bien-aimé du Père. Le carême, c'est un temps pour s'y exercer. Quarante, c'est aussi quarante semaines, et la grossesse dure quarante semaines. C'est une belle image, qui veut dire que le carême est un temps qui m'est proposé pour renaître, pour renaître à moi-même.

… l’Église nous propose de vivre avec beaucoup plus d'intensité pendant un temps limité ce que nous sommes appelés à vivre tout au long de notre vie chrétienne.

… J'aime beaucoup cette phrase de Jésus qui dit : "Je vous dit tout cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite". Le désir de Jésus, c'est que nous connaissions en profondeur la joie, sa joie. Mais qu'est-ce que la joie de Jésus. Peut-on parler de joie quand on contemple le Christ en croix ? Il y a une pépite dans la lettre de carême du pape François. Il écrit : "Jésus est riche de sa confiance sans limites envers le Père, de pouvoir compter sur lui à tout moment." J'ai entendu ces mots comme un appel très concret pour ce carême à grandir dans la confiance envers ce Père, de redécouvrir que c'est un père qui me veut heureux et qui m'indique le chemin du bonheur. Ce chemin, c'est de contempler le Christ et de marcher sur ses traces.

 

(… Comment pratiquer le jeûne ?) …. Je l'entends ainsi : "creuser, élargir l'espace de ma tente". Si je suis plein, plein de moi-même, de mes activités, il n'y a plus de place pour accueillir l'autre, pour accueillir Dieu et finalement pour accueillir la profondeur de ce que je suis. Le carême veut nous aider à ouvrir un espace et le jeûne, très concrètement, l'exprime physiquement. Alors qu'habituellement, quand j'ai faim, je comble immédiatement ma faim, je vais accepter de manquer, non pas pour manquer, mais pour m'ouvrir à un bien plus grand encore, Dieu, qui est capable de me combler. C'est cela, le sens du jeûne. En même temps, la faim me fait prendre conscience de ceux qui ne choisissent pas la faim, et donc elle m'ouvre les yeux pour une solidarité très concrète elle aussi.

…Pour moi, le partage, c'est aussi : est-ce que je me laisse interpeller par le visage de l’autre ? Quelqu'un m'a rapporté avoir osé récemment adresser la parole à un mendiant près de qui il passait depuis des années. C'est cela aussi, partager : croiser le regard de quelqu'un qui nous laissait jusqu'alors indifférent ou qui nous faisait peur, et découvrir que lui aussi est fils bien-aimé du Père.

… Préparer Pâques, c'est un temps qui a plusieurs dimensions. L'une des plus belle, c'est la dimension de peuple. On vit ce temps en communauté. La foi, ce n'est pas seulement Dieu et moi. On est donné les uns aux autres pour chercher Dieu ensemble et aller vers lui ensemble. Les grandes cérémonies de la Semaine sainte, le lavement des pieds, la procession de la croix, et cette longue marche de la veillée pascale le disent très bien. Tout cela, c'est un peuple en marche. Une autre dimension pendant la Semaine sainte est de nous laisser faire par la liturgie qui est très belle. Si on peut vivre ces trois jours, c'est magnifique…

 

… Le carême n'est pas, triste, il mène à la joie de la Résurrection