Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Message de Noël de Mgr Armand Maillard

Monseigneur Maillard a quelque-chose à nous dire sur Noël. Noël c'est la nativité, la Sainte Famille, le sapin, la crèche, un peu la même routine chaque année. Mais le contexte change, et c'est là que l'Église nous attend.

Guillaume Desanges : Ca y est ! Nous y sommes ! Noël ! La fête de la Nativité ! C’est aujourd’hui, après avoir parcouru la période de l’Avent. La fête de Noël c’est la fête de la famille, c’est la fête de la joie et pourtant, dans le contexte que l’on a vécu ces derniers temps, ce n’est pas toujours facile de se réjouir : il y a eu ces attentats qui ont frappés notre pays, la montée du chômage également… Comment vivre Noël dans ce contexte ?

Mgr Armand Maillard : Noël aujourd’hui ! On pourrait dire que tous les Noëls de nos vies se ressemblent d’une année sur l’autre ! On pourrait le penser ! Chaque année ce sont les mêmes textes, les mêmes récits, les mêmes chants, les mêmes églises. Nos crèches en familles ou dans nos églises évoquent Jésus, la Sainte Famille, les bergers, les mages… c’est toujours pareil !

Mais en même temps, le contexte général, les évènements de notre société et du monde donnent un relief et un sens nouveau et particulier. Autrement dit, Noël, Jésus, Prince de la paix dans le contexte des attentats qui ont meurtris et blessés très profondément notre pays et beaucoup de familles. Alors les paroles de l’Evangile que je me permets de citer « Je vous annonce une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple ». Voilà des paroles de l’Evangile qui sont à la fois agréables et dures à entendre. La parole de Dieu devient vivante et actuelle par la rencontre de ces récits bibliques et des évènements de l’histoire. Je crois que c’est cela la nouveauté : entre une parole de Dieu qui est toujours la même et des évènements qui d’une année sur l’autre sont différents. Donc il y a là une interpellation et je crois que l’espérance chrétienne s’incarne et n’en finit pas, d’une certaine manière, de s’incarner dans notre histoire par nous, par nos engagements, par notre vie en communauté, par notre prière, par le témoignage, par la parole et les interpellations de notre Eglise. Les chrétiens sont aussi des citoyens qui prennent leur part dans la construction du monde avec les repères que nous donne l’Evangile et aussi la doctrine sociale de l’Eglise très riche mais souvent méconnue même de chrétiens.

 

G.D. : Justement, Mgr Armand Maillard, vous nous parlez de l’enseignement de l’Eglise, vous nous parlez de l’espérance… c’est vrai que l’on a eu ces moments difficiles cette année et puis on a eu aussi des moments de grands rassemblements et aussi de grande espérance, je pense notamment à l’année de la Miséricorde qui a été ouverte ici en Berry le 13 décembre dernier. Là, c’est l’espérance que porte l’Eglise au monde ?

Mgr A.M. : Oui, c’est symbolisé par l’évocation que vous avez faite sous l’impulsion de notre Pape venu d’un autre continent avec sa personnalité, son enthousiasme, sa foi avec les deux évènements que l’on peut qualifier d’évènement : d’abord l’encyclique Laudato Si’ qui invite l’humanité entière, qui propose des pistes très concrètes pour inviter les hommes à reconsidérer leur manière de vivre, leur relation à la création, leur manière de consommer, de voyager, de gaspiller… Les chrétiens ne peuvent pas ignorer cette interpellation du Saint Père au moment même où il y a eu la COP 21 dont nous avons tous entendu parlés. Et puis, il y a aussi l’invitation « Vivre une année Sainte de la Miséricorde ». Cette Miséricorde qui nous tourne vers le visage de Dieu Père aimant même dans des circonstances difficiles de la vie et du monde. Nous sommes invités, tout au court de cette année, à redécouvrir le pardon et la célébration de ce pardon, à devenir pèlerin de la Miséricorde dans les trois lieux tout spécialement désignés de notre diocèse (la cathédrale à Bourges, à Issoudun et à Pellevoisin), à devenir aussi dans nos vies acteur de réconciliation et à construire une vie, des relations plus fraternelles autour de nous et par nous. L’attention aux pauvres et aux blessés de la vie fait aussi partie de cette interpellation d’une Miséricorde qui veut joindre à la fois le cœur et la misère.

 

G.D. : Mgr Armand Maillard vous nous parlez de l’attention aux plus pauvres et quand on fête Noël, la Nativité, nos regards se tournent forcément vers l’Orient, là où est né Jésus Christ et cet Orient qui est tout particulièrement déchiré ces temps-ci. On ne peut pas oublier nos frères d’Orient qui souffrent particulièrement. La Conférence des Evêques de France a lancé une initiative particulière qui peut être aussi une bonne manière de commencer cette année 2016 qui va bientôt s’ouvrir.

Mgr A.M. : Traditionnellement, la période de Noël est la période des cadeaux, des dons et bien je crois que dans ce contexte particulier tous les évêques de France en assemblée plénière en novembre dernier à Lourdes, ont décidé de soutenir les étudiants d’Irak qui sont les futurs cadres de la reconstruction de leur pays en accord avec Mgr Yousif Thomas Mirkis, archevêque de Kirkouk. Il s’agit de pouvoir loger ces étudiants, les nourrir, les soigner… Le budget de dix mois de scolarité par étudiant s’élève à 3 000 euros. L’Œuvre d’Orient, qui va servir d’intermédiaire pour mettre en œuvre cette opération centralise les dons et transmet en Irak avec l’accord de l’Eglise de France. Concrètement, par chèque c’est à l’ordre de « L’Œuvre d’Orient » en mentionnant « Etudiants en Irak » ou par internet etudiantsenirak.catholique.fr

 

G.D. : Merci beaucoup Mgr Armand Maillard. Un très bon et très saint Noël à vous.

Mgr A.M. : Merci et à chacun de répondre selon ses moyens à cet appel. Bon Noël à tous !

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.