Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

L'Observatoire avec Jehan-François Desjeux

La réunion de l'Observatoire c'est samedi 19 novembre prochain. Juste avant cette réunion, Jehan-François Desjeux, jeune membre de l'Observatoire, depuis octobre 2015, répond à nos questions.

Petit rappel historique sur l'origine de l'observatoire. Il a été créé en 1990 suite au synode diocésain. Ses objectifs étaient les suivants :

  1. centraliser et diffuser, par les Conseils pastoraux, les observations économiques, sociales, culturelles, politiques et religieuses ;
  2. poser les vraies questions et dilemmes en termes de solidarité et de dignité de tous les hommes ;
  3. favoriser une formation précise et sérieuse en ces domaines.

Depuis cette date, des groupes de réflexions ont été constitués sur la bioéthique, science-défense-foi, les élus locaux. En relation avec notre spécificité industrielle régionale, une réflexion de fond a été menée sur l’éthique de l’armement.

C'est donc avec cette histoire que l'Observatoire Economique et Social diocésain va se relancer samedi prochain. Retour sur cet organisme diocésain avec Jehan-François Desjeux.

 

Comment avez-vous intégré l’Observatoire ?

Après discussion avec le Père Eric Vinçon, Mgr Maillard m’a demandé si je voulais bien prendre la suite de la coordination de l’Observatoire.

 

Pourquoi avoir accepté de faire partie de l’équipe ? Quelle est votre motivation ?

Il se trouve que Mgr Maillard m’a demandé cet engagement alors que je n’avais qu’une vague idée du sens et du fonctionnement de l’Observatoire. Ma motivation est venue de la lecture attentive de Laudato Si’. Ce texte invite à relever dans la joie, les défis de notre société. Il invite à prendre conscience de ce que chacun fait en privé ou en public pour participer à la création. Il nous dit que tout se tient, d’un geste personnel aux déclarations mondiales. Chacun est lié à Dieu, aux autres et à la terre. Ce texte est une invitation à tous les habitants de la terre à participer à la grande aventure de la création. De la qualité de ses liens dépend le succès ou l’échec de l’accouchement de la vie sur la terre.

Justement, Mgr Maillard proposait d’utiliser Laudato Si’ comme feuille de route pour l’Observatoire. J’ai donc accepté.

Surtout, je savais que je ne serai pas seul dans cette entreprise ; en plus de Mgr Maillard, le comité de pilotage est constitué de personnes particulièrement compétentes comme le Père Eric Vinçon, vice-Recteur du séminaire interdiocésain, le Père Vincent Béguin, Curé de la paroisse de La Châtre et Doyen du Boischaut-Sud,  François Bahurel, ingénieur-qualité à MBDA, Claude Berruer, ancien Secrétaire général de l’Enseignement Catholique, le Docteur Joël Girou médecin généraliste, membre du Comité d’éthique de l’hôpital de Bourges, Chantal Réau, responsable de la mission rurale du diocèse.

 

Quel a été le cheminement de l'Observatoire, de votre arrivée jusqu'à cette réunion du 19 novembre ?

Tout d’abord, nous avons fait le point sur les activités actuelles de l’Observatoire. Il existe 3 commissions très actives qui réfléchissent à des questions d’intérêt général et qui propose des conclusions à l’évêque. Les conclusions de cette réflexion sur « science et défense » ont eu un retentissement national. D’autres sujets ont été étudiés comme : " La recherche du bonheur passe-t-elle par l'économie et le progrès scientifique et technologique ?", La violence légitime... Les groupes de bioéthiques ont réfléchi aux questions délicates posées par les progrès des connaissances scientifiques sur la mort, l’avortement, le genre…

Même si depuis plus de 25 ans, l’Observatoire reste au moins aussi dynamique que dans bon nombre de diocèses, il a aussi pris conscience d’un certain nombre de limites comme la difficulté d’observer, d’identifier et de centraliser les défis spécifiques sur notre très grand territoire. L’Observatoire n’est pas réservé à des spécialistes, des chrétiens engagés ou des personnes qui ont du temps ; l’observation doit se faire au plus près de la réalité, y compris dans les paroisses. De ce fait, les thèmes de réflexions ne sont pas limités mais au contraire ouverts : rien de ce qui touche la vie humaine ne peut être écarté.

 

Pourquoi cette réunion du 19 novembre ?

Il a été décidé de réunir toutes les personnes qui se sentent concernées par les défis à relever en Berry, autour du thème de Laudato Si. Laudato Si’ n’est pas une COP 21 light. Laudato Si’ est une expression de saint François d’Assise qui remercie de Seigneur de la beauté de la création : « Loué sois-tu mon Seigneur !». Le pape François reprend cette louange à Dieu et veut nous donner des pistes pour nous associer à ce bonheur. Il décrit les défis à relever ; il en recherche les causes ; il donne des arguments pour que la longue réflexion chrétienne sur ces questions enrichisse le débat avec la science et les techniques, la politique, l’éducation, la santé, la vie rurale et culturelle… il nous dit que « la conscience d’une origine commune, d’une appartenance mutuelle et d’un avenir partagé est nécessaire » (202). Il va même jusqu’à nous indiquer comment un engagement généreux peut nous apporter la lumière et la joie dont nous avons besoin. Tout cela est bien pour renforcer la vie de l’Observatoire.

Le but de cette réunion est donc de prendre connaissance des grandes lignes de ce texte pour que, en groupes, nous puissions y réfléchir et faire des propositions. C’est pourquoi l’Observatoire a demandé au Père François Euvé,s.j., conférencier apprécié du pape François, de nous éclairer sur la manière d’utiliser Laudato Si pour faire face aux défis du Berry. Cette réunion pourrait être le point de départ d’une réflexion et d’une action qui se prolongera dans les mois qui suivent. Les thèmes qui sont étudiés pour l’instant à l’Observatoire doivent être renforcés et s’étendre à beaucoup d’autres domaines en fonction des intérêts, des compétences et de la disponibilité de chacun.

Participer à cette réunion, n’est pas une démarche passive ; c’est venir chercher les arguments qui nous donnent la joie de relever les défis de vivre en liens avec les autres et avec la terre.

 

Cette réunion est-elle une transformation, une renaissance, une évolution de l'Observatoire ?

Cette réunion est un signe de la vie de l’Observatoire. Comme tout ce qui est vivant, la nourriture de l’Observatoire dépend de la participation et de l’engagement de chacun à maintenir et renforcer ce lien indispensable entre Dieu, les hommes et la terre. Dans ce sens, en organisant cette réunion, l’Observatoire voudrait explorer la possibilité de renforcer et d’innover pour que chacun puisse trouver sa place dans l’Observatoire. Il y recevra de notre évêque le renouvellement de ses missions avec Laudato Si’ comme feuille de route générale.

 

Quel sera votre rôle dans la réunion du 19 novembre ?

Présenter la matinée, informer sur l’Observatoire, présenter le Père Euvé et remercier tous ceux qui ont permis cette réunion.

 

Quels sont les objectifs à court, moyen et long terme de l’Observatoire ?

  • A court terme :

Renforcer et diversifier les commissions, c’est-à-dire les groupes de réflexions sur un thème particulier ; pour l’instant 4 thèmes généraux sont prioritaires : la santé, la science et les techniques, l’éducation et la vie rurale.

  • A moyen terme : 
  1. Identifier les défis particuliers de la vie en Berry.
  2. Voir comment les structures de l’Observatoire et les structures diocésaines réparties dans le Cher et dans l’Indre peuvent identifier et réfléchir sur les défis spécifiques au Berry.
  3. Voir comment des suggestions peuvent parvenir à l’Observatoire.
  • A long terme :

compléter par une information et une éducation basée sur nos groupes de réflexion.

 

Interview de Jehan-François Desjeux réalisée par François Chasseriau

Le 10 novembre 2016

 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.