Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

DIACONAT PERMANENT

Le diacre est «auprès de l'évêque pour se consacrer à tout le peuple de Dieu, et prendre soin des malades et des pauvres» (Paul VI). Il n'est donc ni un «sous-prêtre», ni un «super laïc», mais un ministre ordonné appelé à vivre les trois dimensions de la diaconie :

•le service de la charité ;
•le service de la parole ;
•le service de la liturgie ;

en communion avec l'évêque dont il reçoit sa mission et en collaboration avec les pasteurs.

Actuellement, les diacres permanents sont le plus souvent des hommes mariés, insérés dans le monde professionnel. Ils vivent leur ministère au contact des hommes et des femmes, auprès desquels ils témoignent de la présence attentive de l'Église. Souvent, leur engagement les conduit à rejoindre les plus pauvres, les malades, les marginaux.

Parole de Dieu

de l’évangile selon saint Jean (13, 3-5)

Jésus sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est venu de Dieu et qu’il retourne à Dieu, se lève de table, quitte son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin, il se met à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture.

Réflexion

Evangelii gaudium n° 24

Osons un peu plus prendre l’initiative ! En conséquence, l’Église sait « s’impliquer ». Jésus a lavé les pieds de ses disciples. Le Seigneur s’implique et implique les siens, en se mettant à genoux devant les autres pour les laver. Mais tout de suite après il dit à ses disciples : « Heureux êtes-vous, si vous le faites » (Jn 13, 17). La communauté évangélisatrice, par ses œuvres et ses gestes, se met dans la vie quotidienne des autres, elle raccourcit les distances, elle s’abaisse jusqu’à l’humiliation si c’est nécessaire, et assume la vie humaine, touchant la chair souffrante du Christ dans le peuple.

Témoignage

Monique & Denis LEFEBVRE

Le diacre permanent est le plus souvent un homme marié. D’abord interpellé, il est appelé après une période de discernement et de formation. Avec l’accord de son épouse, il est ordonné, non en vue du sacerdoce, mais du service – en précisant : le triple service de la Parole, de l’autel et de la Charité. Il faut situer le diacre d’abord dans le service de la Charité.  « Car là ou est le service du frère en son besoin matériel ou spirituel, là doit se trouver le diacre qui rappelle à l’Eglise que le sacrement de l’autel ne saurait être séparé  du sacrement du frère et qu’elle ne saurait dissocier l’annonce du Salut de Dieu et le service des frères »(Hervé Legrand). Il reçoit sa mission de l’évêque, à qui il doit rendre compte.

Le diacre n’est ni un sous-prêtre ni un super-laïc, son ministère s’identifie à la « Figure » du Christ serviteur : « Je suis au milieu de vous comme celui qui sert » Luc 22, 27

Le diacre est signe que toute l’Eglise est appelée à la suite du Christ qui nous entraîne dans ce service des pauvres, des petits, des exclus de la vie sociale. C’est pour cela qu’il est d’abord envoyé dans son propre milieu de vie et de travail pour y témoigner l’Evangile et y assurer la présence de l’Eglise. Il est aussi au service des plus démunis et des plus faibles : handicapés, malades, isolés, personnes âgées. Certains diacres accueillent et rencontrent des marginaux, des jeunes en danger, participent à la visite et à l’aumônerie des prisons. Sa présence, à l’autel, auprès du prêtre, signifie qu’il fait le lien (relier-relayer) entre le cœur du monde et le cœur de l’Eglise, entre l’assemblée et le prêtre (le pasteur). C’est lui qui renvoie les chrétiens chez eux afin qu’ils vivent et témoignent de ce qu’ils ont reçu dans l’Eucharistie.

Ministre ordonné pour servir, le diacre est amené à célébrer des mariages et des baptêmes, proclamer l’Evangile et prononcer l’homélie au cours de la messe (service de la Parole).