Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu
Newsletter
Navigation

Journée avec le partenaire Mauritanien à Torteron le 26 mars 2017

    Le week end du 27 mars 2017 notre Paroisse accueillait le partenaire Mauritanien du CCFD Terre Solidaire : Seybane Sidi DIAGANA.

Le dimanche matin le partenaire, de confession Musulmane a tenu à assister à la messe célébrée par Stéphane de Maistre, au cours de laquelle Virginie, Cathécumène participait à son 2ème scrutin, en vue du baptême lors de la veillée pascale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'issue de cette messe, les paroissiens étaient invités à rester pour partager un repas solidaire avec  monsieur DIAGANA dans la Maison Paroissiale. Le moment du repas a été privilégié car le partenaire parlait couramment le Français, et dans ce moment convivial, il était plus facile de briser la glace.

 

 

 

A la suite de ce repas, Seybane DIAGANA nous a présenté 3 vidéos qui montraient les réalisations faites en Mauritanie en nous situant dans le contexte local : grand pays désertique  d'1 millions de KM² avec une population de 4 millions 220 000 habitants. Un peuple de nomades éleveurs, qui se déplacent en fonction de l'herbe dans les pâturages, ce à proximité du fleuve Sénégal.

 

 

 

                  

Il y a 1 action sur la gestion de l'eau, avec l'utilisation de panneaux solaires pour fournir de l'électricité pour des pompes;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  une action sur l'amélioration des conditions d'hygiène des commerces de bouche de la viande principalement. Des abattoirs respectant certaines normes ont été montés    

            

 

 

 

 la viande qui ne peut pas être consommée rapidement ou stockée est séchée afin d'être consommée plus tard.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

                  Une action est également menée envers les éleveurs pour qu'ils fassent vacciner leurs troupeaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

                      Ils essaient aussi de faire revenir des Mauritaniens  qui veulent investir au pays avec des techniques qu'ls ont pratiqué ou étudié en France.

 

 

 

     Une action est également développée: la construction de latrines individuelles pour améliorer les conditions de vie et les conditions d'hygiène.

 

 

 

 

 

 

 

 

      L'éducation est aussi un moyen d'élever la culture et le niveau de vie de ces populations. Seybane DIAGANA nous disait qu'il n'était pas rare de trouver des classes avec jusqu'à une centaine d'élèves, d'où la nécessité de la constructions d'écoles.

 

 

 

 

              

                    Un gros problème, également : la surpopulation des villes. Le développement de ce pays passe par la création de micro entreprises car industriellement il n'existe pas de tissus industriel en Mauritanie, les seules industries dignes de ce nom sont  l'industrie minière et l'industrie agroalimentaire tournée vers la pêche; ces 2 industries représentent 5 à 6% du PIB de la Mauritanie.

 

 

 

A la suite de la présentation des vidéos un débat s'engageait pour mieux connaître un pays qui était Français de 1949 à 1958 mais inconnu de la plupart des participants au débat.

Après ces échanges très cordiaux et enrichissants, Seybane DIAGANA partait visiter une ferme BIO sur la commune de Germigny l'Exempt. Sur cette ferme sont élevés des bovins, des ovins et des culyures céréalières pour nourrir le bétail.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce lundi 27 mars 2017, à la mairie de La Guerche  sur l'Aubois avait lieu une réunion à laquelle assistait monsieur le Maire de La Guerche, le Président de la Communauté de Communes Maire de Cuffy, un prêtre de la Paroisse, l'adjointe responsable des Associations, la représentante locale du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, et le partenaire Mauritanien du C.C.F.D Terre Solidaire en immersion dans notre région. Le but de cette réunion était d'expliquer à monsieur Seybane Sidi DIAGANA le fonctionnement d'une Commune, d'une Communauté De Communes et des différentes Associations.

     

     Après avoir écouté le Maire et le Président de la C.D.C, le Mauritanien a posé des questions sur les différentes compétences des intervenants, les tenants et aboutissants des différents niveaux Administratifs. Monsieur  DIAGANA a fait la comparaison avec ce qui se pratique en Mauritanie. Ensuite la responsable des Associations a expliqué les relations entre la Municipalité et les différents groupes associatifs pour arriver au fonctionnement de l'épicerie solidaire, avec tous ses enjeux.  C'est là que la déléguée PASSERELLE est intervenue en expliquant à qui était destiné une aide ponctuelle pour une personne qui a " un accident de la vie,"  et besoin d'un coup de pouce pour passer un mauvais moment., et comment en bénéficier. Monsieur DIAGANA a été surpris qu'une banque aussi importante que le CREDIT AGRICOLE pouvait appliquer la solidarité en pratiquant le micro crédit avec un taux de 0% . A la suite de cet échange, le représentant des INITIATIVES LOCALES a expliqué le comment, le pourquoi et le but des aides envers ceux qui en faisaient la demande et qui y étaient éligibles. A la suite de tous ces échanges le partenaire du C.C.F.D nous a expliqué les différentes pistes qui pouvaient être appliquées chez lui, en Mauritanie, car ce pays a été sous administration Française de 1949 à 1960. Peut être que par le biais des Associations Caritatives, avec qui le CREDIT AGRICOLE  partage un certain nombre de valeurs comme la SOLIDARITE, il peut aider certains pays  à se développer économiquement.