Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Pèlerinage de Pâques 2014

Le pèlerinage du lundi de Pâques à Neuvy Saint Sépulchre

 

Le lundi 21 avril 2014, Neuvy Saint Sépulchre a revécu le pèlerinage du « Précieux - Sang », inauguré en 1257 par le cardinal Eudes.

Pour comprendre ce culte, il est nécessaire de le rapprocher de l’évolution de l’image du saint sépulcre au cours des ans. Après avoir été le signe de la résurrection, du neuvième au 11e siècle, le lieu symbolique de la sépulture du Christ évoqua, à la fin du Moyen Age, sa mort et sa mise au tombeau. C’est d’ailleurs le sens du « H » de « Sépulchre ». Il s’agit d’une tradition fixée par des clercs qui, par une sorte de jeux de mots, établissaient une relation entre le « sépulcre » et l’adjectif latin « pulcher » (beau), pour signifier la splendeur du tombeau du Christ.

Entre temps, au 13e siècle, le « saint sépulcre » fut synonyme de « tabernacle », lieu de vénération du « corps – et du sang - du Christ ». Le culte eucharistique se traduisit alors par de nombreuses manifestations (comme l’arrivée des reliques à Neuvy) : introduction de l’élévation, pendant la messe, après la consécration ; adoration du Saint-Sacrement ; naissance de la Fête-Dieu etc.

Alors qu’à l’époque romane, les reliques des saints soutenaient la piété des fidèles, l’époque gothique allait promouvoir une piété fondée sur la personne humaine du Christ. Selon les propres mots du cardinal Eudes à l’origine de l’arrivée des gouttes du sang du Christ à Neuvy : « Si les reliques des Saints ont, comme le prouvent les miracles qu’elles opèrent, une si grande vertu qu’on doit leur rendre un culte honorifique, à combien à plus forte raison,  sans aucune comparaison, les reliques du Saint des Saints, sans lequel  il n’y a point de Saints, de qui tous les Saints reçoivent leur sainteté, doivent-elles être vénérées par-dessus toutes les autres reliques ! ».

En clair, les reliques de Neuvy sont un signe destiné à rappeler, à chaque chrétien, l’importance de l’eucharistie au cours de laquelle le pain et le vin deviennent corps et sang du Christ.

Cette année, le pèlerinage était présidé par le Père Stéphane Maritaud, assisté du curé de Neuvy, le l’abbé Bruno Kane, du doyen du Boischaut Sud, l’abbé Gilbert Dampaty et de trois autres prêtres venus de Saint-Gaultier, Bourges et Issoudun.

Les donneurs de sang et les jeunes de l’aumônerie étaient là en nombre.

Après la procession pénitentielle, longue de plus de plusieurs centaines de personnes, dans les vieilles rues de la cité, le cortège arriva pour entendre le message du prédicateur invité, sur la place du champ de Foire. C’était là un  témoignage fort de la Foi dans le Christ Ressuscité, au milieu d’une ambiance de fête laïque, rassemblant brocanteurs, gérants de manège et vendeurs de merguez.

Puis ce fut le retour vers la Basilique pour la célébration de l’Eucharistie qui rassembla encore plusieurs centaines de fidèles.

Un repas amical et l’office des vêpres conclurent cette sympathique journée, où la pluie ne fit qu’une brève apparition.

Gérard GUILLAUME