Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

EDITORIAL DU MOIS

Editorial du mois d'octobre 2017

 

 

Chers amis,

 

Le thème de ce numéro de Semailles est la Mission.

On comprend souvent la mission comme quelque chose d’extérieur à notre paroisse. Les missionnaires partent évangéliser dans d’autres pays. Mais la France, notre diocèse est aujourd’hui un pays de mission. Il suffit pour cela de regarder le nombre de prêtres non français dans notre diocèse, en France. Mais la mission est d’abord le mouvement vital d’une paroisse. C’est lorsque l’annonce du Christ n’est plus l’apanage du curé ou de quelques-uns ….   

…. . Mais la mission est d’abord le mouvement vital d’une paroisse. C’est lorsque l’annonce du Christ n’est plus l’apanage du curé ou de quelques-uns et quelle redevient le centre et la raison d’être de la paroisse. La liturgie, la catéchèse, la formation, la prière, tout ce que l’on vit habituellement dans une paroisse doit être une participation à la mission du Christ pour le monde.

 Il faut reconnaître que nos paroisses sont parfois de simples agrégations d’activités peu ouvertes sur les autres réalités paroissiales et sur l’extérieur de l’Église. Que faut-il faire alors ? Première chose à faire : remettre le Christ et la prière au centre. Lorsqu’on demandait à Jean-Paul II quelle devait être la pastorale du IIIe millénaire, il répondait : « Il n’y a rien de nouveau, il faut remettre le Christ au centre ! »

 La structure de la paroisse ne peut pas être caduque puisqu’elle est le lieu où Jésus se donne dans l’eucharistie. C’est Lui qui fait la communauté. La paroisse, c’est d’abord la maison du chrétien, celle où il se ressource, se nourrit et grandit en sainteté. Ce n’est donc pas, a priori, le lieu des non-chrétiens. Cependant, elle doit être le lieu où toute personne, quelles que soient son histoire et sa croyance, puisse être accueillie.

Mais, pour se disposer à la mission, la paroisse ne peut pas être un trou noir qui absorbe toutes les énergies au lieu d’en créer. Si elle n’est qu’une agrégation d’activités indépendantes et que le prêtre court de l’une à l’autre jusqu’à l’épuisement, elle se sclérose. Pour rester vivante, la paroisse doit alors devenir un lieu de communion entre des personnes qui cherchent à poursuivre la mission du Christ.

Pour cela, il y a mille façons, comme vivre en paroisse une retraite ou une session spirituelle. Ensuite, je crois qu’il faut que le prêtre s’entoure de personnes qui partagent avec lui le souci du salut des âmes, pour pouvoir travailler ensemble sur la façon dont toute la paroisse peut être missionnaire et pour vivre avec eux une vraie fraternité missionnaire. Voilà ce que je vous propose comme axe pour cette nouvelle année. Alors si de nouveaux paroissiens veulent bien m’aider à porter cela, vous pouvez me joindre sur mon portable. Ma prière vous accompagne pour vous et vos familles. 

 

                                                                          Père Marie-Geoffroy