Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Terre en Fête 13 Août 2017

LA PAROISSE NOTRE-DAME DE CHATILLON

avec « Terre en Fête » le 13 Aout 2017

Cette année « Terre en Fête » en était à sa 22ème édition  (1995 – 2017). C’est toujours avec le même enthousiasme que se retrouvent, en ce deuxième week-end d’Aout, sur les terres de Bellevue, agriculteurs, artisans en tout genre, musiciens, traiteurs, tenanciers de buvettes, conducteurs d’engins agricoles, personnalités politiques locales, et jeunes agriculteurs (qui disputent un championnat de labour), et anciens agriculteurs … tout ceci sous la houlette d’un comité d’organisateurs bénévoles, efficaces et souriants.

Notre curé, le Père Loïc, était bien sûr présent pour la messe de dimanche, célébrée comme chaque année sous le chapiteau de toile, au milieu des tracteurs, des charrues, des bottes de paille, de l’ancienne batteuse, et des stands en tout genre …

L’annonce de la messe a été joliment diffusée par l’enregistrement d’une volée de cloches invitant à se rendre sous le chapiteau. Après le dernier coup de cloche, l’animateur de la fête prit soin également d’annoncer haut et fort ce rassemblement traditionnel et le recueillement qui devait l’accompagner, ce qui fut suivi d’effet.

Sous le chapiteau, l’autel était joliment orné de symboles ruraux : fleurs, gerbes de blé, et panier de victuailles, pour rendre grâce au Seigneur des dons de la Nature.

La messe était diffusée, comme d’habitude, avec haut-parleur sur tout le terrain de la fête. Renaud Bernard nous a introduits dans cette prière dominicale, en rappelant les difficultés du monde agricole, qui, certaines années, peuvent être très grandes, voire décourageantes, et la nécessité des efforts des agriculteurs pour poursuivre cette belle mission de nourrisseurs de leurs contemporains, et de la nécessité de nos prières pour les soutenir.  

L’assemblée était nombreuse, et tous ont pu prendre place sous le chapiteau. La messe se déroula, avec l’écoute de la Parole de Dieu que le Père Loïc a repris dans son homélie, tout-à-fait bien adaptée tant aux paroissiens habituels qu’au monde agricole environnant.

« Où attendons-nous Dieu ? » nous interrogeait le Père Loïc. L’attendons-nous dans la discrétion d’ « une brise légère » comme le prophète Elie a vécu cette visite du Seigneur, et non pas dans les outrances d’un ouragan … ? (C’était la première Lecture du jour).  Cette brise légère : nous en avons besoin aussi pour nos cultures qui ne supportent pas les ouragans ! Ces ouragans, ces feux,  nous ne les supportons pas non plus dans nos vies … Et le Père Loïc reprenait l’Evangile du jour : le Christ marchant sur les eaux, et Pierre qui fait confiance, puis prend peur, en perdant pied  sur les eaux qui mènent à Jésus. Quelle leçon que ces deux textes dans notre vie quotidienne, avec ce qu’il faut de confiance, de patience, d’écoute et de persévérance … Le père Loïc nous a invités à prêter l’oreille à la « brise légère » qui accompagne la visite de Dieu dans le cœur de chacun…

Le chant de communion entonné par Isabelle Vandame, accompagnée au piano par Gérard de Montigny, et repris par toute l’assemblée, nous rappelait dans son refrain de ne pas « laisser mourir la terre » et nous invitait à « tendre nos bras vers la lumière, pour accueillir le don de Dieu » : L’Eucharistie où Dieu nous visite comme une « brise légère ».

La pérennité de cette messe au milieu du monde rural, et demandée sans discontinuer depuis 22 ans, montre l’attachement à ce moment important dans le déroulement du week-end. Puisse cette messe porter les fruits que le Seigneur voudra bien répandre sur ceux qui ont pu tendre l’oreille… A la fin de la messe, le Père Loïc salua comme à son habitude tous les fidèles présents.

Le ciel fut clément pour ce week-end «Terre en Fête », et un nombre important de visiteurs se rendirent aussi dans l’après-midi pour profiter de ce grand rassemblement rural.

services.

 

 

 

Fin de messe et rencontre du père Loïc avec ses paroissiens qui quittent le chapiteau.

 

 

 

Un membre de l'AEP