Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

L'aumônerie et l'administration pénitentiaire

LA PRISON EN FRANCE

 

Les 188 établissements pénitentiaires sont classés en deux grandes catégories : maison d'arrêt et établissement pour peine

 

Les maisons d'arrêt

 

Au nombre de 115, elles reçoivent les prévenus (détenus en attente de jugement) ainsi que les condamnés dont le reliquat de peine n'excède pas un an lors de leur condamnation définitive.

Il existe une maison d'arrêt au moins par département (sauf dans le Gers). Actuellement, près des deux tiers des établissements sont des maisons d'arrêt.

 

Les établissement pour peine

 

Au nombre de 73, ils sont divisés en maisons centrales (5), centres de détention (24), centres de semi-liberté et centres pour peines aménagées (13), en fonction du type de population pénale qu'ils accueillent. Les centres pénitentiaires (31), établissements mixtes, comprennent au moins deux quartiers différents (maison d'arrêt, centre de détention et/ou maison centrale).

Les détenus condamnés à une longue peine et/ou présentant des risques sont dirigés vers les maisons centrales, à vocation sécuritaire.

Ceux dont les peines sont plus courtes ou qui témoignent de possibilités concrètes de réinsertion sociale, sont orientés vers les centres de détention.

Les condamnés soumis au régime de semi-liberté, qui peuvent durant la journée exercer une activité professionnelle et/ou suivre un enseignement ou une formation hors de l'enceinte pénitentiaire, sont tenus de regagner le soir le centre de semi-liberté auquel ils sont rattachés.

Les centres pour peines aménagées peuvent recevoir des détenus volontaires faisant l'objet d'une mesure de semi-liberté ou d'un placement à l'extérieur ainsi que ceux dont le reliquat de peine est inférieur à un an, afin de leur permettre de concrétiser un projet de réinsertion.

 

L'AUMÔNERIE DES PRISONS :

ENTRE PRÉCARITÉ ET LIBÉRATION

 

Si le travail de l'Aumônerie dans le monde des prisons est souvent marqué par la précarité des situations, l'incertitude des lendemains et la fragilité humaine, il est animé aussi, au sein des équipes d'aumônerie, par des convictions fortes qui tracent un horizon possible et qui rejoignent de multiples façons les attentes spirituelles des hommes et des femmes d'aujourd'hui.

Pour ceux qui savent le voir, le Royaume germe ainsi là où beaucoup ne l'attendraient pas, et l'Aumônerie en est témoin.

 

Quelques convictions fortes

 

Un respect inconditionnel de la personne humaine

La personne humaine ne peut se réduire à ses actes

Oser regarder en face le péché

Quand justice et charité se rencontrent

 

Pour aller plus loin : le site de l'Aumônerie catholique des prisons de la Conférence des Evêques de France