Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Défense

« Comment peut-on être chrétien et marchand de canons ?... »

Un groupe de réflexion à Bourges

 

Haute technologie, science et défense, une réflexion locale

Une attente :
 

« L'annonce de Jésus Christ doit rejoindre aussi la culture européenne contemporaine. […] Aujourd'hui encore, en se souvenant de la fécondité culturelle du christianisme tout au long de l'histoire de l'Europe, il faut présenter l'approche évangélique, théorique et pratique, de la réalité et de l'homme. Considérant, en outre, la grande importance des sciences et des réalisations technologiques dans la culture et dans la société de l'Europe, l'Église est appelée, à travers ses moyens d'approfondissement théorique et d'initiative pratique, à offrir des propositions en regard des connaissances scientifiques et de leurs applications, montrant les insuffisances et le caractère inadéquat d'une conception inspirée du scientisme qui ne reconnaît comme valeur objective que le savoir expérimental, et indiquant les critères éthiques que l'homme possède parce qu'ils sont inscrits dans sa nature. » (2003, Ecclesia in Europa, Jean-Paul II, §58).
 
« Il est particulièrement important que la recherche scientifique et technique menée par des fidèles laïcs prenne comme critère le service de l'homme dans la totalité de ses valeurs et de ses exigences: à ces fidèles laïcs, l'Église confie le soin de rendre plus compréhensible à tous le lien intime qui existe entre la foi et la science, entre l'Évangile et la culture humaine » (1988 Christifideles laici §62)
 
10 Et la foule interrogeait (Jean-Baptiste) , disant: Que devons-nous donc faire? […] 14 Des soldats aussi lui demandèrent: Et nous, que devons-nous faire ? Il leur répondit: Ne commettez ni extorsion ni fraude envers personne, et contentez-vous de votre solde. (Luc, 3)
                       


Notre réponse :

 
Depuis 2004, un lieu informel de réflexion et de discussion humaine et chrétienne à Bourgessur les questions de haute technologie ou de défense.

Qui ? Où ? Comment ? Pourquoi ?

Alain, Antoine, Béatrice, Emeric, François, Géraldine, Guillaume, Marc, Michel, Paul, Renaud, le Père François, Pierre, Edouard, …, l’aumônier militaire local lorsqu’il le peut, .... 

 

Le groupe chrétien de réflexion « Science, défense et foi », rattaché à l’observatoire économique et social de l’Église catholique du diocèse de Bourges, a débuté ses travaux en juin 2004. Il regroupe des scientifiques, des ingénieurs, mais aussi un juriste, un prêtre, un banquier, quelques acteurs du monde agricole. Le groupe SDF échange sur des sujets touchant à la défense et à l’armement d’une part et aux travaux scientifiques et technologiques d’autre part…

 

Le complexe militaro-industriel y est très représenté (ETBS, GIAT/NEXTER, MBDA, ASB, …). La Défense (Armée de Terre, industrie d’armement) est en effet, avec l’agriculture, un pôle majeur de la vie de cette zone du Centre de la France. Si le thème de la défense est un souci des aumôniers militaires, une telle réflexion humaine et chrétienne est plutôt offerte aux soldats (et parfois plutôt aux officiers) à leurs familles (et à leurs préoccupations). Le groupe a voulu proposer une réflexion propre aux travailleurs de l’Armement.

 

Il existe d’ailleurs à Bourges une communauté scientifique et de haute technologie qui cherche à se développer (laboratoires, monde académique, industrie, pôles technologiques, institutions de formation, …). Les relations entre science et foi, les questions morales liées aux progrès et à l’utilisation des progrès techniques, l’importance de la science et de la technologie dans nos sociétés aujourd’hui, la confrontation entre religion et raison, voilà des questions qui apparaissent donc périodiquement chez les chrétiens mais aussi chez les non-chrétiens. On peut noter que même dans un bassin d’emploi comme celui de Bourges ce besoin d’échanger ne concerne pas seulement les questions morales liées à l’armement ou aux technologies militaires. On note d’ailleurs un intérêt renouvelé pour la philosophie chez certains scientifiques ou ingénieurs, qu’ils soient étudiants, retraités ou en pleine vie professionnelle.

 

Depuis 2004, le groupe « Science Défense et Foi » (qui se renouvelle par parties de façon naturelle) offre localement un espace chrétien de réflexion sur toutes ces questions.

 

Différents thèmes, choisis en commun ou parfois à la demande de l’Observatoire, sont ainsi abordés au sein du groupe. Plusieurs réunions ont lieu par an, avec un exposé de l’un ou de l’autre et des débats, poursuivies par des échanges électroniques assez nombreux.

Les questions abordées ont donc une double polarisation, autour des questions de défense et d’armement[1] et aussi des sciences et technologies[2]. Certaines discussions dépassent ces rubriques : intelligence du chercheur et responsabilité du chrétien a fait l’objet d’une première soirée avec le groupe « santé et bioéthique » de l’Observatoire en 2005, suivie en 2007 et 2008 d’une réflexion commune autour de nanotechnologies, biologie et médecine.

 

Chacun s’investit à sa mesure dans les travaux du groupe et y trouve une réponse à son attente, dans une recherche de la vérité et une confrontation avec notre vie quotidienne et en écho aux interrogations sur le monde qui nous entoure.

Le travail de réflexion et de sédimentation se poursuit, à notre rythme :

nous sommes loin d’avoir fait le tour de toutes ces questions et des conséquences concrètes pour chacun :

     - dans notre vie chrétienne,

     - dans notre travail dans l’industrie de l’armement (« marchand de canons »)

     - ou dans notre recherche scientifique ou technologique.

 

 

[1] Quels sont les critères d’une violence légitime ? Peut-on être chrétien et « marchand de canon » ? que répondre à ceux qui trouvent que ce n’est pas très compatible ? Le droit d’ingérence. L’externalisation des tâches de défense. L'armement nucléaire. …

[2] Que met-on sous le mot « science » ? Bonnes et mauvaises idées sur les relations entre science et foi catholique. Une désaffection des filières scientifiques chez les jeunes ? La création du monde et de l’homme, qu’en disent la science, la philosophie, la théologie ? L’unification des théories physiques. La recherche du bonheur passe-t-elle par le progrès scientifique et technologique ? …

 

Thèmes abordés lors de nos réunions

 

              
11 juin 2004 : réunion de lancement du Groupe. Discussion sur les motivations des participants. Choix d’un mode de fonctionnement. Lien avec l’Observatoire (choix d’une année « ad experimentum »).
       
5 novembre 2004 : Quels critères pour une violence légitime ? Le droit d’ingérence.
           
28 janvier 2005 : L’unification des théories physiques. Unité de vie du chrétien, intelligence et responsabilité.
               
29 avril 2005 : avec le groupe « santé et bioéthique » : intelligence du chercheur et responsabilité du chrétien.
              
24 juin 2005: Repas pris en commun. Temps de prière. Bilan du fonctionnement. Choix d’une intégration plénière de notre groupe à l’Observatoire social et économique diocésain. (conjoints invités à cette réunion de bilan) 
                  
4 novembre 2005 : exposé détaillé et début de débat sur « débusquer les mauvaises idées et -souvent en contre point - les réalités et trésors trop souvent oubliés sur les relations entre science et foi chrétienne »
                    
6 janvier 2006 : à la demande du groupe de pilotage de l’Observatoire et de notre archevêque, intensification de la réflexion sur la place sociale de la science. Est-ce qu’il y a une réelle désaffection des étudiants pour les filières dite « scientifiques » ? dans l’hypothèse où cette désaffection est réelle, quelles en seraient les raisons ? que met-on sous le mot « science » ?
                               
10 mars 2006 : Retour sur les mauvaises et bonnes idées entre science et foi. «Que met-on sous le mot science ?» : les différentes définitions envoyées par les uns et les autres avaient été collectées et numérotées (sans mention de leur auteur) par le pilote ; elles ont été renvoyées juste avant la réunion et ont permis d’étayer la discussion qui ne se voulait pas conclusive mais avait été plusieurs fois éludée. Examen de chiffres (évolution du recrutement, salaires, …) sur les filières scientifiques d’enseignement supérieur.
                               
19 mai 2006 : Retour sur les mauvaises et bonnes idées entre science et foi. L’évolution de l’Eglise et la transmission de la foi.
                        
20 octobre 2006 : Histoire de l’économie de défense dans la société locale, ici de Bourges et d’Avord. Visionnage du film « BA702 confidentiel défense » de FR3. Faut-il être berrichon pour développer le Berry ? Quelle est la place de la défense dans la société de Bourges et d’Avord ?
                                      
2 février 2007 : place de l’armement dans la société à Bourges et dans les environs. Nouveaux mercenaires et « Private Military Companies ».
                            
12 juin 2007 : avec le groupe « santé et bioéthique » et notre archevêque : exposé et débat sur lesnanotechnologies et leurs applications en biologie et médecine.
                         
21 septembre 2007 : bilan du fonctionnement du groupe – retour sur l’externalisation des tâches de défense par les armées.
                              
19 octobre 2007 : synthèse de l’état de nos réflexions sur l’externalisation des tâches de défense, les nouveaux mercenaires et les Private Military Companies. 
                  
23 novembre 2007 : exposé par le Père Pascal, fsj, "La Création, que peut en dire la science, la théologie, la philosophie ? », puis débat s’élargissant sur différents questions scientifiques, morales ou de société.
                              
8 janvier 2008 : avec le groupe « santé et bioéthique » : suite du débat sur les bio-nanotechnologies.
                                
7 mars 2008 : rencontre avec le Père Pascal, fsj. « Quels critères éthiques pour nos questions professionnelles ? » : violence légitime – course aux armements – nanotechnologies – risque et bénéfice attendus - éthique – expert et conseil- situations limites – conscience éclairée – armement nucléaire – commerce des armes – torture et châtiment corporel – transmission et éducation – réflexion philosophique – regard théologique – recherche de la vérité – efficacité – intérêts, convoitises et liberté - divination - place du Saint-Esprit dans nos discernements. 
                                   
Samedi 26 avril 2008 de 9h à 17h : participation à la journée de l’Observatoire, ouverte aux prêtres et diacres du diocèse : exposé du groupe, discussion avec les autres commissions qui exposaient également certains de leurs travaux, participation aux carrefours sur l’apport de l’Observatoire et ses missions.
                      
27 juin 2008 : Bilan de l'année écoulée ; actions particulières de rayonnement pour l'année à venir (organiser une conférence, commencer à répondre à la demande d'une bibliographie accessible sur le web, participer aux deux journées prévues par l'Observatoire). Première discussion sur le thème de l'Europe de la Défense : exposé sur la Politique Européenne de Sécurité et de Défense : principes et réalité de la PESD.
                      
26 septembre 2008 : Définition de la contribution du groupe aux deux journées de l'Observatoire de l'année - Analyse des fondements de l'Europe de la défense à partir du chapitre 4 du nouveau Livre Blanc français sur la Sécurité et la Défense et de deux discours du cardinal Ratzinger extraits de son livre "l'Europe, ses fondements, aujourd'hui et demain" (chapitre 5 "à la recherche de la paix, l'Europe dans la guerre et après la guerre" et chapitre 7 "la responsabilité des chrétiens pour la paix")
                     
5 décembre 2008 : fondements de l’Europe de la Science et de la Technologie, à partir de  la deuxième partie de l'émission répliques de France Culture du samedi 22/11/2008 avec Etienne Klein et Olivier Rey, de différents textes de l’Union Européenne et de l’expérience des participants dans différents projets de recherche européens civils, militaires ou spatiaux.
                     
5 février 2009 : participation de plusieurs membres de la commission « science défense et foi » à la « formation annuelle des laïcs ayant une lettre de mission », à Issoudun, animée cette année par l’Observatoire : témoignages introductifs et présence pour la journée.
                      
Samedi 28 mars 2009 : participation à Issoudun à la Journée de l’Observatoire ouverte à tous :animation d’ateliers sur les thèmes du défi des nanotechnologies, des critères d’une violence légitime, de l’histoire de l’armement et des organismes de défense dans le Berry, …
                    
26 juin 2009 : première séance de travail consacrée exclusivement à l’armement nucléaire.
                        
25 septembre 2009 : suite de la séance précédente : le discours de l’Eglise sur la diffusion, la fabrication, la possession, l'utilisation de l'arme nucléaire. Autres points abordés : les armes bactériologiques.
             
20 novembre 2009 : Darwin, l'évolution, l'évolutionisme et l'Eglise.
               
22 janvier 2010 : première rencontre exclusivement consacrée aux Organismes Génétiquement Modifiés. ‘réunion 0’ de prise de contact commune sur le sujet des OGM, pour la commission étendue pour ce sujet à quelques acteurs du monde agricole (ingénieurs agronomes, vigneron, céréalier).
         
Samedi 27 février 2010 : journée de l’Observatoire ouverte à tous sur le thème de l’éthique universelle et de la loi naturelle avec le Père ST Bonino, dominicain membre de la Commission Théologique Internationale - participation de 7 membres de la commission « science défense et foi » et de deux des invités du monde agricole participant à la réflexion sur les OGM.             
 
26 mars 2010 : deuxième réunion consacrée aux OGM, pour la commission, étendue comme le 22/1/10 au monde agricole. quelques précisions techniques sur les OGM ; que disent les prises de parole de l'Eglise sur ces questions des OGM ? ; peut-on toucher au vivant ? jusqu'où ? 
 
 
4 juin 2010 : rencontre avec Mgr A. Maillard autour de la question de l’armement nucléaire
 
 

15 novembre 2010 : exposé d’Antoine sur les nanotechnologies, et à cette occasion présentation de la démarche de la commission Science Défense et Foi, aux jeunes de l’aumônerie étudiantede Bourges.

 

10 décembre 2010 : réunion de bilan pour le groupe SDF élargi à nos amis ayant participé aux discussions « OGM »

 

21 janvier 2011 : discussion autour du texte de Mgr Dubost : un chrétien a-t-il le droit de vendre des armes ?

 

25 mars 2011 : discussion à partir d'un exposé sur le livre de Jean Staune : "l'univers a-t-il un sens ?"

 

9 avril 2011 : participation de plusieurs membres de la commission à la Journée de l'Observatoire sur le thème de la place de la personne humaine dans la vie économique.

 

13 mai 2011 : que disent à la créature aimée de Dieu que je suis les développements récents de la science ? qu'est ce qui me touche et me questionne, en particulier après l'exposé du 25 mars ? questions dérivées sur l'homme, sur Dieu, sur le monde.

 

7 octobre 2011 : bilan de l'année écoulée; retour/compléments sur les thèmes travaillés récemment; discussion sur la déclaration Mgr Francis Chullikatt, nonce apostolique, observateur permanent du Saint-Siège à l'ONU le 1/7/11 sur la dissuasion nucléaire; travaux à venir

 

9 décembre 2011 - rayonnement externe et diffusion des travaux et préoccupations 'science' et 'défense' vers des publics ciblés, et contacts exterieurs à court et moyen terme ; "désinformation 1" : à partir d'un exposé sur des cas récents de la géopolitique mondiale, 'debunking' et théories du complot, manipulation et véracité de l'information pour des enjeux de défense, extrapolation à d'autres domaines, scientifiques ou plus généraux, comment discerner et gérer l'information recue ?

 

13 avril 2012 : "désinformation 2" - poursuite de la réflexion sur la recherche de la vérité dans l'information, sur la communication, les media, les relations publiques, la presse, avec l'aide d'un journaliste, diacre et libraire. Méditation de l'Evangile du jour pour débuter la discussion : 'jetez le filet à tel endroit' - 'c'est le Seigneur' - ...

 

Septembre 2012 : échanges téléphoniques et électroniques avec la journaliste en charge dudossier "ethique de l'armement" paru dans la Croix du 9 octobre 2012.

 

7 décembre 2012 : retour sur le dossier 'éthique de l'armement' paru dans La Croix le 9 octobre 2012 - les chartes d'éthique des entreprises et des ingénieurs - discerner les signes des temps dans le monde complexe d'aujourd'hui -

 

22 mars 2013 : retour sur les sujets traités lors des 3 dernières réunions, débordant sur des sujets éthiques et sociétaux d'actualité - "la démocratie des crédules " ? - sur cette base, esquisse de débat autour de "bonheur et frugalité", recherche du bonheur et place de la technique dans notre société française et berrichonne : ce sera le thème choisi pour la prochaine réunion.


14 juin et 28 juin 2013 (deux réunions prévues sur le même thème vus les agendas des membres du groupe) : La recherche du bonheur passe-t-elle par l'économie et le progrès scientifique et technologique ? Exposé introductif à partir de quelques penseurs (H. Arendt, J. Ellul, R. Brague) ou romanciers (Tolkien) ou films (I, robot), de courtes vidéos et plus particulièrement de deux ouvrages : "Le système technicien" de Jacques Ellul (1977) et "Le propre de l’homme, sur une légitimité menacée", de Remi Brague (2013). Discussion sur la réalité de la prégnance du « système technicien » et recherche de solutions pour en éviter les mauvais côtés et pour renforcer les vraies joies du chercheur ou de l’ingénieur. Importance de renforcer la place de la poésie (au sens large) dans nos vies et notre société. Phénomène des ‘Veilleurs’. Similitude entre gestions de l’argent et du système technicien. - Documentation 'defense' fournie par Mgr, à étudier lors de la prochaine réunion du 6 décembre.
 
6 décembre 2013 : Reprise des réflexions sur l'armement nucléaire et en particulier la question d'un monde sans arme atomique, en particulier à partir de documents fournis par notre archevêque. Analyses personnelles de tous les participants et débat suite à lectures du document "épiscopat 2013" « La dissuasion nucléaire à la croisée des chemins, Éléments pour un discernement » du Père Delort-Laval et de la lettre 181 de Justice et Paix - France "Vers un désarmement nucléaire ?". 
 

 14 janvier 2014 : suite des réflexions du 6 décembre à partir de documents signalés par notre archevêque. Organisation pratique de la réunion du 14 mars. Choix du thème de la réunion du 5 avril : étude de quelques pages de l'exhortation apostolique du pape François sur la Joie de l'Evangile.

 14 mars 2014  : rencontre avec Mgr Armand Maillard autour de la question du désarmement nucléaire incluant un rapide diner .

 5 avril 2014 : étude de quelques pages de l'exhortation apostolique du pape François sur la Joie de l'Evangile.

 20 juin 2014 : suite de l'étude de quelques pages choisies de l'exhortation apostolique du pape François sur la Joie de l'Evangile

11 novembre 2014 : participation de Nicolas à la journée de réflexion à Bourges de  la pastorale des jeunes adultes du Diocèse de Bourges, autour des questions d’une violence légitime.

13 février 2015 : accueil de nouveaux membres. Retour sur le colloque du 6 février aux Bernardins à Paris sur 'les technosciences et la Guerre'. Liste de  thèmes possibles pour les réunions suivantes dont « E.T., Dieu et moi » et « La Paix ».

25 mars 2015 : Intervention de Marc lors d’une soirée à L’École Polytechnique des aumôneries CCX des écoles d’ingénieur de Palaiseau (X, supOptique, ENSTA, supelec…) (thèmes de type Science et de type Défense)

27 mars 2015 : Compte rendu de deux interventions auprès de jeunes adultes dans le Diocèse (11/11/14) et à l’aumônerie du campus de Polytechnique (25/3/15). Débat autour de « E.T., Dieu et moi » : « si les sciences venaient à prouver l’existence d’une vie intelligente extra-terrestre, qu’est-ce que cela changerait dans ma vie chrétienne ? ». Retour sur ce qui fait la personne humaine, sur l’Evolution dans ses différentes réalités et théories.

17 avril 2015 : examen du discours du Président de la République à Istres à propos de la Dissuasion nucléaire. Suite de la discussion libre sur les actions particulières du Groupe en interne et en externe à prévoir dans les prochains mois.

Nombreux échanges par courriel entre tous (échanges de documentation et réactions associées) et bilan du Responsable de la commission SDF avec l’un ou avec l’autre des participants de juillet à novembre 2015.

janvier 2016 : soirée sur le rangement partagé de notre documentation accumulée depuis la création du groupe en 2004 et la façon de la faire vivre.

4 mars 2016 : Promenade commune dans notre base de donnée informatique partagée OESD/SDF – Compte rendu détaillé de la conférence de M. Goya (logistique et armement WWI) du 11 février par Emeric, apprécié des participants et d’un jeune lycéen venu écouter Emeric. Retour sur les dernières réunions de pilotage général de l’OESD par Francois. Trans-humanisme : travail sur nos 4 listes. Comment faire pour travailler l’encyclique Laudato Si dans le groupe SDF ?

9 mars 2016 : participation de Marc à la conférence de Yves Caseau « Le transhumanisme et l'inexorable course à l'augmentation dans la quête de la singularité » à Gif sur Yvette.

20 mai 2016 : séance de travail sur le Transhumanisme avec cette fois deux médecins et un jeune adulte actuellement en Terminale technologique.

8 novembre 2016 : séance de travail de Francois et Marc pour la double page A4 d’extraits choisis et réorganisés de Laudato Si sur Sciences et Techniques pour distribution à la prochaine Journée publique de l’Observatoire

19 novembre 2016 : présence de 9 participants aux travaux de la commission SDF à la demi-journée de L’Observatoire, ouverte à tous et avec le Père Francois Euvé et Mgr Maillard, sur Laudato Si et ses défis à la CCI de Bourges, animation de l’atelier « Sciences et Techniques » sur la base d’extraits de l’encyclique choisis et organisés par la commission dans les mois qui précédaient.

2 décembre 2016 : bilan de la rencontre sur Laudato Si et retour sur cette encyclique. Suite de la réflexion sur le transhumanisme

15 mars 2017 : participation de plusieurs membres à la conférence de J. Molinario à Bourges sur le transhumanisme : en accord avec les organisateurs (Foi & Culture) et le conférencier, distribution à tous les personnes présente d’une feuille recto verso SDF donnant repères et notre liste de questions, à la fin de la conférence publique.

19 & 20 mai 2017 : Participation de Pascal au colloque (conclusif du séminaire Humanisme, transhumanisme, posthumanisme) intitulé «Critique de la raison transhumaniste », au Collège des Bernardins  à Paris .

6 octobre 2017 : Compte rendu détaillé de Pascal sur le Colloque aux Bernadins sur le transhumanisme. Recension rapide du livre « Fascination des nouvelles technologies et transhumanisme en 115 questions » de T.M. Pouliquen. Notre phrase du jour :  « L’homme augmenté »… On croit en Dieu diminué, nous !

Mots clés

Science - Foi - Catholique – Défense – Église – Technologie – Armement – Éthique - Religion – Raison – Groupe de réflexion – Chrétiens – Techno-science – Technique – Scientisme – Guerre – Paix – Armes -

 

Nous contacter

Vous pouvez directement contacter le groupe « science défense et foi » par courrier électronique :science-defense@catho.org

Si vous souhaitez des informations plus générales ou contacter un autre groupe de réflexion de l’observatoire économique et social du diocèse catholique de Bourges, vous pouvez envoyer votre message à observatoire@diocese-bourges.org

 

 

Questions de défense

 

Quels critères pour une violence légitime ?

Pour répondre à la question posée, nous avons essayé de définir ce qu’était la violence puis examiné quel peut être le référentiel à utiliser pour éclairer la notion de légitimité.
 
La violence
La violence est inhérente à la nature de l’homme. C’est la capacité d’un être à produire une force, à l’utiliser de manière intense, extrême, brutale et parfois à en abuser. On utilise dans le langage courant les expressions, « se faire violence », « un effort violent », qui ne font pas échos à un rapport de force entre deux parties, mais montre bien le côté « onéreux » de l’activité humaine. La violence peut-être perçue ici comme un élément positif.
Il semblerait que sous l’influence du péché, cette violence soit détournée de son sens premier pour dériver vers quelque chose de négatif ou d’agressif que l’homme en quête de liberté utilise dans les rapports de force par rapport à ces congénères ; On retrouve dans la Bible, et notamment très tôt dans les premiers passages de la genèse[1], ce nouvel aspect qui lié au péché apparaît comme un dérèglement par rapport à sa nature originel. La première partie du mot « viol » marque précisément l’idée de transgression entre deux partis.
 
La notion de légitimité
La notion de légitimité est couplée avec une notion de référentiel législatif. En effet, on comprendra aisément que ce qui paraît légitime pour un parti A qui a ses propres lois, à toutes les chances d’être illégitime pour un parti B qui agit selon d’autres lois qui lui sont propres. Pendant la seconde guerre mondiale et comme pour beaucoup de conflits, ceux qui ont lutté contre les forces d’occupation étaient reconnus par les pays alliés comme des résistants. L’occupant lui, les percevait comme des terroristes et ne reconnaissait pas la légitimé de leur combat.
De manière générale, les sociétés s ‘appuient sur la légitimé de leurs états dans la mesure où ce sont eux qui détiennent le pouvoir législatif et judiciaire. Chaque individu se retrouve alors en position de confiance. Et ceci que ce soit pour l’action intérieure : jugement, tribunaux, intervention policière, ou que ce soit pour l’action extérieure : action en opération extérieure pour les intérêts du pays ou d’un groupement de pays.
« On obéit aux ordres légitimes des chefs légitimes » comme dit l’adage.
La légitimité de l’état est consentie par le peuple pour le service du bien commun. Si le bien commun n’est plus respecté, ipso facto, l’état perd sa légitimité. Dans certains pays d’ailleurs, comme les USA, la constitution permet à chaque état de se soulever contre son autorité si celle-ci n’est pas légitime. Cette notion est également valable pour l’armée française. Dans ces cas là, le droit de ne pas obéir devient un devoir.
 
La violence légitime
Dans le contexte des guerres, on conçoit bien vite que le recours à la force doit être l’ultime recours après avoir épuisé toutes les voies d’une gestion pacifique du conflit.
On parle aussi de « guerre pacifique » : « rien n’est perdu par la paix, tout peut l’être par la guerre »
La guerre doit permettre de revenir à une situation de paix. Sinon c’est un échec. Nous l’avons tous appris à l’école, le traité de Versailles à la fin de la guerre 14-18 a été sur ce plan un véritable échec : l’Allemagne s’est retrouvée complètement étouffée et n’a eu de cesse que de ruminer sa vengeance. Vingt ans plus tard, c’était reparti…
Si chaque état est doté d’une défense et d’une police, c’est aussi pour lui un moyen de pression ou de coercition pour garantir l’ordre et le respect des lois. Il en est de même pour la violence chez les adolescents ou plus généralement chez les jeunes. Beaucoup rejettent ou tout simplement n’ont pas appris le respect des lois, fondement du fonctionnement de notre société. De fait, ils se marginalisent et la cohabitation devient difficile. De leur point de vue, la violence est légitimée parce qu’elle répond aux règles de leur propre « bulle ». Ce qui est malheureux, c’est que cette bulle se réduit souvent à leur seule personne.
Le cas de la légitime défense est une expression particulière de la violence légitime. Elle est une contre-réaction, une réponse à une transgression. L’Eglise s’est exprimée sur ce point particulier dans le Catéchisme de l’Eglise Catholique :
 
-         La légitime défense
http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P7U.HTM
 
Les critères de la violence légitime
Deux sources ont été citées pour donner les critères que l’Eglise reconnaît à l’utilisation de la force ou de la violence :

Le catéchisme de l’Eglise catholique

-         Eviter la guerre
http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P7W.HTM
 

Le catéchisme pour adultes des évêques de France (CAEF) qui cite la Somme Théologique.

http://www.portstnicolas.org/spip.php?article118&psn_f=gono&psn_id=575-593

 

Pour prolonger cette réflexion, vous pouvez nous contacter : science-defense@catho.org

Le groupe continue d’ailleurs à y réfléchir. 

 

[1] Genèse 4,6 :   6 Et Yahvé dit à Caïn: Pourquoi es-tu irrité, et pourquoi ton visage est-il abattu? 7 Certainement, si tu agis bien, tu relèveras ton visage, et si tu agis mal, le péché se couche à la porte, et ses désirs se portent vers toi: mais toi, domine sur lui.
  8 Cependant, Caïn adressa la parole à son frère Abel: ("Allons dehors"). Or, comme ils étaient dans les champs, Caïn se jeta sur son frère Abel, et le tua
.

 

Le droit d'ingérence

En quoi cette notion remet-elle en cause l’ordre international existant ?
 
L’exposé (téléchargeable donc), préparé par notre juriste passionné de questions de défense en novembre 2004, est disponible tel qu’il a été fourni aux membres du groupe.
Nous en résumons ici les principaux éléments.
 
Le Droit d’ingérence correspond au droit qui permet à un Etat ou à un groupe d'Etats d'intervenir dans les affaires d'un autre pays sans l'accord de ce dernier. Or l’ordre international tel que nous le connaissons est construit sur la notion de souveraineté des Etats qui le compose. Afin de mieux appréhender les changements que pourraient provoquer la notion de Droit d’Ingérence nous nous pencherons tout d’abord sur les concepts ayant fondé l’ordre international existant puis nous verrons comment le concept de droit d’ingérence a pu émerger, enfin nous nous interrogerons sur la pertinence de ce concept et les conditions de sa mise en œuvre.
 
1. Un ordre international basé sur la souveraineté de l’Etat
    A) Le droit international …
    B) … basé sur la souveraineté des Etats
    C) Les limites d’un système basé exclusivement sur la souveraineté des Etats.
 
2. L’apparition du concept de droit d’ingérence humanitaire.
    A) Origines : évolution phénoménale du droit international
    B) Manifestations
        Première manifestation pratique du droit d’ingérence (French doctors) à l’occasion de la guerre du Biafra (1967-1970
       Théorisation du principe à la fin des années 1980 (chute du bloc communiste), notamment par le professeur de droit Mario Bettati ou l'homme politique Bernard Kouchner.
        Première traduction de ce concept dans l’ordre international :
        Résolutions de l'Assemblée générale puis du Conseil de Sécurité Application de ce concept par le Conseil de Sécurité des Nations Unies.
3. Les limites de ce concept. A la recherche d’un nouvel équilibre international.
    A) Risque de dérapage de ce concept.
    B) Un principe qui doit être encadré. La position de Jean-Paul II.

 

 

Eléments bibliographiques

Achever Clausewitz par René Girard, entretiens avec Benoit Chantre

Editions Carnet Nord, 2007

Niveau intermédiaire (ou supérieur, suivant ce que l’on cherche, voir ci-dessous)

René Girard donne ici, en approfondissant après tant d’autres la pensée de l’officier prussien auteur du traité fameux sur la guerre, un point de vue étayé, réaliste mais assez pessimiste sur la violence des hommes (le thème de toute sa vie) et les conséquences pour notre monde tel qu’il va. Les mécanismes de la défense, de la violence, sont particulièrement décryptés par cet anthropologue chrétien, dont la pensée est une référence sur ces sujets. L’académicien souligne au passage certaines incompréhensions de la pensée de l’officier prussien, y compris par certains intellectuels de renom du XXème siècle,.

Ce livre est incontestablement un des plus riches du moment ; pour en tirer tout le bénéfice il est cependant nécessaire d’une part de connaître suffisamment la pensée de Girard sur la violence et son caractère mimétique et d’autre part de disposer en parallèle du traité de Clausewitz (Girard en cite de large extraits, mais il est plus pratique de les retrouver dans le contexte de l’œuvre complète).

Pour résumer, une lecture attentive permet d’en entrevoir les richesses et d’en retenir quelques idées forces (à déconseiller peut-être si vous avez déjà tendance à tout voir en noir du monde qui nous entoure) et un travail plus intensif est nécessaire au lecteur non spécialiste  pour en goûter avec plus grand profit les ressorts.

MB, début 2008

 

De la Guerre par Carl von Clausewitz, traduction Nicolas Waquet

Editions rivage Poche, petite bibliothèque, avril 2006

Niveau intermédiaire

Livre de référence, souvent cité (parfois à contre sens), ce traité est issu de l’expérience et des réflexions d’un officier prussien pendant l’épopée napoléonienne (j’emploie le terme à dessein car la fascination de l’Empereur, de sa vision et de sa stratégie a joué un rôle important pour l’auteur). Dans cette traduction récente et abrégée, on trouve tout ce qui compte, avec une préface à lire absolument.

MB, mai 2008

 

Gagner la Paix, lettre du 8 novembre 1983 des évêques catholiques français.

Niveau débutant

Il est intéressant de savoir ce que les évêques catholiques français ont trouvé important d’écrire sur ce sujet il y a 25 ans ! Ce texte se lit rapidement, donne quelques repères et des pistes de réflexion, notamment pour les armes nucléaires.

MB, 2004

 

Sur la paix et la guerre, collection « ce que dit le Pape »,

Editions Le Sarment-Fayard, 1991

Niveau débutant

Cette collection regroupe par thème des textes pontificaux ou plus généralement de l’Eglise catholique.

Les recherches informatiques permettent aujourd’hui de disposer assez facilement des écrits pontificaux sur tel ou tel thème (ici « paix », « guerre », « conflit », « défense », nucléaire, ..), mais il est bien pratique d’en avoir une collection sous la forme d’un petit livre. Facile à lire, court, bien construit, ce choix a été fait par des moines, ce petit livre éclaire bien les prises de parole de l’Eglise sur ces questions.

MB, 2004

 

Problèmes militaires et stratégiques contemporains par Raoul Girardet,

Editions Dalloz, 1989

Niveau débutant

Ecrit par un universitaire qualifié et pédagogue, dans un style poli par des années d’enseignement à des étudiants civils et militaires de divers horizons, ce manuel, bien qu’assez ancien, donne de bonnes bases pour aborder les questions de défense sous un angle militaire et géopolitique. Il constitue une excellente entrée en matière. Les aspects éthiques ne sont pas totalement absents mais ce n’est pas l’objet de ce livre.

MB, 2004

 

Le Feu nucléaire par Albert Legault et Georges Lindsey,

Editions du Seuil, 1973

Niveau débutant

Sur les questions de l’armement nucléaire, ce petit livre, certes ancien, donne de très bonnes bases. Il décrit de façon claire les techniques et les possibilités, les implications stratégiques. Il doit impérativement être complété par des approches plus récentes mais constitue une bonne introduction. L’actualité de l’époque, avec la fin de la guerre froide et les accords de désarmement, est d’ailleurs trop mal connue de nos jours.

MB, 2005

 

Conflits du monde et paix de Dieu, le supplément, Revue d’éthique et théologie morale,

Editions du Cerf, numéro 167, décembre 1988

Niveau débutant ou intermédiaire suivant les articles.

Il s’agit d’un recueil de différents aspects moraux, issus de catholiques, sur ces questions.

MB, 2004

 

Penser autrement la guerre probable par le général Vincent Desportes

ISSN 1767-1612 / ISBN 978-2-7178-5504-3

éditions Economica, 2007

niveau débutant

Ce livre de 204 pages se lit plutôt facilement (même pour des non-militaires, il suffit de lire le chapitre ‘football contre soccer’).

Le général de division Vincent Desportes commandait alors le centre de doctrine d’emploi des forces de l’armée de terre. Le livre qu’il signe se divise en deux grandes parties : le retour de l’histoire (la puissance militaire utile, nouvelles conflictualités, le nouvel adversaire, …) et les nouvelles conditions de l’efficacité militaire (dont « éviter les mirages» et « du bon usage de la technologie »). « La guerre probable, ce n’est plus vaincre, c’est beaucoup moins contraindre, c’est convaincre. ». L’ouvrage témoigne d’une certaine volonté de « penser autrement » la doctrine française de défense. Certains sujets sont abordés d’une façon qui tranche avec le politiquement correct, par exemple l’utilisation, dans sa spécificité mais par ce que la population ne comprendrait qu’elle ne le fît pas alors, de l’armée pour la résolution de crises intérieures. Il redonne de façon claire, avec des exemples tirés des conflits récents ou en cours, les bases de la stratégie militaire (contournement, respect de l’intelligence de l’adversaire,…) et des caractères modernes des conflits (médiatisation, importance de la population, bien au delà de ce qui est identifié et théorisé spécialement depuis les événements d’Algérie et de la guerre révolutionnaire ou subversive, ou du simplifiant ‘effet CNN’ dont se repaissent les experts). Les critères et les modalités d’une violence légitime sont bien décortiqués, ainsi que les bases de cette possibilité, les liens entre armée, armement, société, politiques.

MB, avril 2008