Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

L'espérance du Pape François

Comme chaque semaine, le Pape François a tenu l’audience générale, Place Saint-Pierre, le mercredi 24 mai 2017, toujours sous le thème général de l’Espérance chrétienne. Le Souverain Pontife a centré sa catéchèse sur l’épisode biblique des disciples d’Emmaüs, dans l'Evangile selon Saint Luc (Luc 24,13-35): une véritable «thérapie de l’Espérance», selon le Pape.

L’espérance du Pape François

(Lc 24,13-35, Les disciples d’Emmaüs)

 

L'espérance humaine

L'espérance passe par des défaites

Dieu marche toujours à nos côtés

 

 

Comme chaque semaine, le Pape François a tenu l’audience générale, Place Saint-Pierre, le mercredi 24 mai 2017, toujours sous le thème général de l’Espérance chrétienne. Le Souverain Pontife a centré sa catéchèse sur l’épisode biblique des disciples d’Emmaüs, dans l’Evangile selon Saint Luc : une véritable «thérapie de l’Espérance», selon le Pape.

L'espérance humaine

Sur la route de Jérusalem à Emmaüs, deux disciples marchent tristement. Ils ont le cœur lourd, peiné, rempli de déception. Ils avaient placé tous leurs espoirs en Jésus, et voilà que le Messie tant attendu, celui qui devait apporter la libération à Israël a été mis à mort. «Cette croix hissée sur le Calvaire était le signe le plus éloquent d’une défaite qu’ils n’avaient pas prévue», analyse le Pape, et cette fête de Pâque, où devait résonner le chant de la libération, «devint au contraire le jour le plus triste de leur vie», car «ces deux pèlerins avaient une espérance humaine».

Voici que Jésus apparait sur le chemin et fait route avec eux. «La rencontre de Jésus avec ces deux disciples semble tout à fait fortuite», mais, observe François, elle s'avère en réalité être «une thérapie de l’Espérance», et c’est Jésus lui-même qui la fait. Il connait certes le motif de leur tristesse et de leur déception, mais «il questionne et écoute», et leur laisse ainsi «le temps de sonder leur amertume».

L'espérance passe par des défaites

Le Christ «marche avec toutes les personnes découragées qui avancent la tête baissée. Et en marchant avec elles, de manière discrète, il réussit à leur redonner l’espérance». Il leur parle avant tout «à travers les Saintes Ecritures». «Qui prend en main le Livre de Dieu, précise François, ne rencontrera pas des histoires d’héroïsme facile, ou de conquêtes fulgurantes ». «La vraie espérance n’est pas à bas prix, elle passe toujours par des défaites», a-t-il ajouté. Car le Seigneur ne veut pas être aimé comme «un chef qui entraine son peuple à la victoire, en anéantissant ses adversaires dans le sang». Notre Dieu a choisi plutôt la place que tous méprisent, une présence fragile, celle «d’une lampe qui brûle un jour froid et venteux».

Dieu marche toujours à nos côtés

Après avoir ouvert le cœur des disciples à l’intelligence des Ecritures, le Christ «répète les gestes de l’Eucharistie», en prenant le pain, le bénissant, le rompant et en le donnant. «N’est-ce pas là toute l’histoire de Jésus ? Et également ce que doit être l’Eglise ? » se demande le Pape. «C’est une rencontre rapide, mais qui contient en elle tout le destin de l’Eglise», affirme-t-il, car ce récit, poursuit le Saint-Père, nous dit que la «communauté chrétienne n’est pas enfermée dans une citadelle fortifiée, mais qu’elle marche sur la route, y rencontre les personnes, avec leurs espérances et leurs déceptions.»

«Nous tous, a conclu le Pape, dans notre vie, nous avons eu des moments difficiles, sombres ; des moments où nous marchions tristes, pensifs, sans horizon, avec seulement un mur devant nous. Et Jésus est toujours à côté de nous pour nous donner l’espérance, pour nous réchauffer le cœur et dire ‘avance, je suis avec toi’. » Voilà en somme le message d’Emmaüs : «Dieu marchera avec nous, toujours, même dans les moments les plus douloureux, (…), même dans les moments de défaite : là se trouve le Seigneur. Et c’est cela notre espérance.»

 

Sa création

Le synode diocésain de 1990 a voté : « un comité diocésain ou « observatoire » sera créé sans tarder ».

« Il sera chargé de :

  • Centraliser et diffuser, par les Conseils pastoraux, les observations économiques, sociales, culturelles, politiques et religieuses,
  • Poser les vraies questions et les dilemmes en termes de solidarité et de dignité de tous les hommes,
  • Favoriser une formation précise et sérieuse dans ces domaines »

Il sera composé de gens compétents, professionnels reconnus, représentatifs de tous les milieux…

Cet observatoire pourra attirer l’attention sur certains événements ou situations portant atteinte à la dignité de la personne humaine…

Une concertation sera entreprise entre les divers mouvements caritatifs du diocèse, à la lumière de la Charte de la Solidarité, en vue d’aboutir à la constitution d’un Conseil diocésain de la Solidarité. »

Son histoire

L’observatoire a donc été créé et a fonctionné de manière assez soutenue jusqu’à maintenant.

Il faut noter que de nombreux diocèses de France ont aussi créé des observatoires de ce genre, avec plus ou moins de réussite. Notre diocèse semble l’un des plus constant dans sa volonté d’utiliser ce comité pour répondre aux objectifs initiaux. Il est constitué d’un petit comité de pilotage et de commissions.

Jusqu’ici, l’Observatoire a fonctionné par des groupes de réflexions ou commissions, tout au long de l’année et par des réunions diocésaines à peu près tous les deux ans.

Les commissions

Santé et bioéthique : il y a deux commissions l’une à Bourges, l’autre à Châteauroux. Elles sont constituées  de femmes et d'hommes, essentiellement de médecins, de pharmaciens, d'un juriste et d’un prêtre du diocèse : le Père Éric Vinçon à Bourges et le Père Vincent Béguin à Châteauroux. Leur but est d’approfondir un thème, parfois avec l’aide d’une personne compétente extérieure, pour remettre un rapport à Mgr Maillard. On peut citer parmi les réalisations récente « Fin de vie et euthanasie », « la dignité humaine », "éducation sexuelle à l'école",  homosexualité, suicide, deuil, genre, …

Science, défense et foi : cette commission se réunit à Bourges ; elle comprend entre 10 et 15 membres qui sont tous professionnels de l’armement -une grande spécialité de notre région-, mais aussi du monde agricole et du monde scientifique et technique. Le thème le plus notable est celui de l’éthique de l’armement dont les conclusions ont été présentées à Mgr Maillard, avec un retentissement national. Les autres thèmes sont par exemple : « la recherche du bonheur passe-t-elle par l’économie et le progrès scientifique et technologique ? », la violence légitime, les OGM…

Le groupe des élus s’est réunis entre 2011 et 2014, avec des thèmes comme la ruralité, le développement économique de nos territoires.

Deux nouvelles commissions démarrent cette année:

Milieu rural dans le Cher

Education

Les réunions diocésaines

Elles visent à faire connaitre le travail des commissions ou à lancer une piste de réflexion qui pourrait être reprise par certains conseils de paroisse. Par exemple, il y a eu 2 « forum politique » qui ont eu un grand succès, l’en 2012 à Bourges et l’autre en 2014 à Châteauroux. Ces forums ont réuni une centaine de personne de tous les horizons et fonctions politiques

 
Actuellement

Depuis 2014

En 2014, Monseigneur Maillard a souhaité donner une impulsion nouvelle à l’observatoire :

« Je vous propose de nous réunir très prochainement afin de faire le point sur ce qui existe et ce qui a été vécu cette année au niveau de l’Observatoire et de réfléchir ensemble à l’impulsion nouvelle que nous pourrions donner à cette structure diocésaine dont la raison d’être garde toute sa pertinence au regard de ce que nous vivons dans notre société et plus particulièrement dans notre diocèse. »

 

Il nous demandait plus spécifiquement d’utiliser le tout nouveau texte « Laudato Si » pour stimuler et nourrir notre réflexion.

Il nous proposait de constituer un « comité de pilotage » pour coordonner l’Observatoire.

Le comité de pilotage

Il est constitué par le Père Éric Vinçon, Vicaire général, prêtre référent, le Père Vincent Béguin, Doyen du Boischaut-Sud, François Bahurel, ingénieur MBDA, Claude Berruer, ancien adjoint au Secrétaire général de l’enseignement catholique, Jehan-François Desjeux de l’Académie nationale de médecine, coordinateur du comité de pilotage, Joël Girou, médecin généraliste en retraite, François Picot, agriculteur, Jacques Pignol, médecin généraliste.

Les commissions

Les commissions poursuivent leur réflexion sur des sujets d’actualité comme le transhumanisme ou l’éducation sexuelle à l’école.

Les réunions diocésaines

En novembre 2016, a eu lieu à Bourges une réunion intitulée « Laudato Si, la joie de relever les défis ». Le Père François Euvé, s.j. a commencé par une description générale de Laudato Si. Des ateliers animés par les membre des différentes commissions ont réfléchi sur l’apport de ce texte du Pape François dans leur domaine respectif. Il s’est manifesté un désir d’approfondir le thème de la solidarité envers les personnes isolées dans les domaines de la santé et de la vie rurale dans notre diocèse.

Actuellement, l’Observatoire travaille donc à organiser une réunion sur ce thème. L’idée générale est de prendre conscience de l’ampleur et de la gravité de ces situations et de voir comment porter l’espérance chrétienne par la solidarité dans le diocèse : « De la pauvreté à l’espérance ; vers un regard innovant ».  Cette réunion aura lieu à Issoudun, le samedi 10 février 2018, le matin. Des documents et informations vont suivre pour qu’un large public puisse y participer activement.

Les commissions "Santé et bioéthique" de Bourges et de Châteauroux et la commission "milieu rural", dans le Cher sont mobilisées.