Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Bénédictins

Au sud-ouest du parc naturel régional de la Brenne, entre les villes de Tournon saint Martin et Le Blanc, l'abbaye bénédictine Notre-Dame de Fontgombault siège à proximité de la rivière Creuse.

Située dans la vallée de la Creuse, la vie bénédictine a commencé à l'Abbaye de Fontgombault au 11e siècle. Interrompue en 1741, elle a été restaurée par l'abbaye de Solesmes depuis 1948. Comme à Solesmes, la communauté chante les offices dans la tradition grégorienne, en latin, et célèbre l'eucharistie dans le rite tridentin.

Un peu d'histoire

Cette abbaye fut construite au début du 12e siècle. Partiellement détruite pendant la guerre de 100 ans (malgré sa transformation en véritable forteresse avec tourelles, mâchicoulis, archères et fossés...), elle fut restaurée à partir de la deuxième moitié du XV° et au début du XVI° siècle. L'abbaye subit encore les assauts des chevaliers de Sully, en 1500 (elle fut totalement pillée et les moines torturés), et des calvinistes, en 1569. Elle ne fut que partiellement restaurée au cours du siècle suivant. Au XVIII° siècle, rien ne fut entrepris pour restaurer le monastère. La démolition de l'église, jugée parfaitement inutile, fut même évitée de justesse. En 1849, des trappistes de Bellefontaine s'installent à Fontgombault et entreprennent, avec le concours de l'Abbé Lenoir, de nombreuses restaurations : chevet, transept, absidioles et couverture. La nef fut restaurée de 1889 à 1899. Mais les moines ont dû se disperser en 1903.

Pendant la première guerre mondiale, le monastère sert d'hôpital pour l'armée belge. Transformé en séminaire (dépendant du diocèse de Bourges) à partir de 1918, il fut rendu à la vie monastique le 11 novembre 1948.

Aujourd'hui, cette Abbaye s'est beaucoup développée et a fondé les monastères de Randol, Triors, Gaussan et, dernièrement le monastère de Clear-Creek aux Etats-Unis.

Accueil

L'hôtellerie du monastère accueille les hommes. Les femmes seules, les couples ou les familles sont reçues à l'hôtellerie des familles, des petites maisons proches du monastère: la restauration est à la charge des retraitants, chaque maison est équipée d'une cuisine. Tous peuvent participer à la prière de la communauté et demander une aide spirituelle auprès d'un moine.

Le choeur des moines

On retrouvera sur le site Art & Musique, les enregistrements de chants grégoriens réalisés à l'abbaye.

"Les bénédictins hier et aujourd'hui" : un article du journal La Croix