Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Sœurs du Sacerdoce Royal de Marie

A l'appel du Seigneur, Mère Marie+Joseph, tertiaire franciscaine, fonde en 1935 l’œuvre du Sacerdoce Royal de Marie : "Vivre le Sacerdoce Royal de notre Baptême est le fondement de notre spiritualité, à la suite de Marie...".

 

La vie des Soeurs du Sacerdoce Royal de Marie

 

UNE VIE CONTEMPLATIVE : à l'exemple de la Vierge Marie qui "retenait et méditait toutes ces choses dans son coeur". 

 

 

UNE VIE EUCHARISTIQUE : "Je vous exhorte donc, frères, par la miséricorde de Dieu, à offrir vos personnes en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu : c'est là le culte spirituel que vous avez à rendre." (Rm 12,1)

"C'est toujours à la manière de Marie que nous devons nous offrir nous-mêmes comme hostie d'amour afin que, comme elle, par le Christ, notre existence soit livrée à Dieu et aux hommes." (Extrait des constitutions des Soeurs du Sacerdoce Royal de Marie)

UNE VIE APOSTOLIQUE afin que se réalise la prière de Jésus : "Père, que ton règne vienne."

Nous sommes appelées à nous consacrer au Christ, à l'imitation de Marie auprès de Jésus et des Apôtres, avec et pour les Apôtres d'aujourd'hui que sont les prêtres, et engagées avec tous les autres fidèles dans le champ de la Mission. "C'est notre rôle de conduire les âmes aux prêtres, de les préparer à son action pour le règne de Jésus et de Marie." (Mère Marie+Joseph)

 

UNE VIE D'ABANDON à la suite de Jésus et de Marie abandonnés à la volonté du Père.

Pour notre vie contemplative comme pour notre vie apostolique, nous abandonnons toute notre vie entre les mains de Marie, notre modèle, pour le Sacerdoce ministériel.

 

 

Notre mission aujourd'hui

 

UNE PRESENCE MARIALE AU COEUR DES PAROISSES RURALES

"L'accueil que les soeurs ont reçu dans nos zones rurales en cours de désertification où les prêtres se font rares et sont surchargés, montre que cette vocation répond à un véritable besoin spirituel de notre diocèse (...) Il nous reste à leur souhaiter que des vocations généreuses viennent les rejoindre pour redonner un nouveau souffle à l'évangélisation de cet espace rurale très dispersé, caractéristique de notre Berry." (Mgr Pierre Plateau, archevêque de Bourges - 10 février 2000) 

 

C'est de l'Eglise, par appel de l'Evêque, que nous recevons notre mission. Actuellement, dans une zone rurale désertifiée nous participons à la pastorale du doyenné Brenne-Touraine. En collaboration avec les prêtres et les laïcs, les soeurs apportent leur soutien au Service Evangélique des Malades, à l'accompagnement des familles en deuil, à la catéchèse, à la liturgie, ... et assurent une mission de prière, de présence et de proximité et d'accompagnement pour tous.

 

Notre maternité spirituelle

 

Notre maternité spirituelle, bien qu'universelle, pour l'Eglise et sa vitalité, doit s'exercer plus particulièrement envers le sacerdoce ministériel. Nous devons servir le Christ dans les prêtres, comme Marie savait être attentive spirituellement et matériellement auprès des Apôtres.

 

La messe

 

La messe a une place essentielle dans notre vie. Nous y rejoignons Marie en communion totale au Sacrifice du Fils qui, dans l'attente de son retour en gloire, restitue le monde à son Père. L'exercice de la fonction sacerdotale de Marie nous incite à faire du quotidien de notre existence, matière à offrande dans l'abandon total à la Volonté de Dieu.

 

Nos voeux

 

Par les voeux que nous prononçons : pauvreté, chasteté, obéissance et abandon, notre existence est intimement liée au Christ. Cette consécration, en fidélité au charisme de notre fondatrice, nous entraîne à vivre le Sacerdoce Royal de notre baptême (sacerdoce commun de tous les fidèles) à la suite de la Vierge Marie, notre modèle : c'est le Sacerdoce Mystique de l'Amour.

 

L'oeuvre du Sacerdoce Royal de Marie aujourd'hui

 

Au début de ce 3ème millénaire, l'oeuvre du Sacerdoce Royal de Marie poursuit sa mission :

Des femmes ayant ressentit profondément cet appel à se donner au Christ en faveur du sacerdoce ordonné, prennent contact avec la communauté des Soeurs du Sacerdoce Royal de Marie. En demandant à faire le voeu "d'âme-prêtre" elles choisissent de vivre plus consciemment le sacerdoce royal de leur baptême et d'offrir toute leur vie pour obtenir les grâces nécessaires au sacerdoce ordonné, afin que par le ministère des prêtres vienne le Règne du Père dans tous les coeurs, sur la terre comme au ciel.

Le charisme de l'oeuvre reçue du Seigneur par Mère Marie+Joseph en 1928 répond à l'invitation pressante de l'Eglise aujourd'hui. En effet par la voix du cardinal Hummes, préfet de la Congrégation pour le Clergé elle lance cet appel (8 décembre 2007) :

"Nous désirons partir d'un mouvement spirituel qui, faisant prendre toujours plus conscience du lien ontologique entre l'Eucharistie et le sacerdoce, ainsi que de la maternité spéciale de Marie vis-à-vis de tous les prêtres, donne naissance à une chaîne d'adoration perpétuelle pour la sanctification des clercs, et lance un mouvement d'engagement des âmes féminines consacrées pour qu'elles veuillent bien, à l'image de la Vierge Marie, Mère du Grand Prêtre éternel et associée à son oeuvre de rédemption, adopter spirituellement des prêtres, pour les aider à travers l'offrande de leur personne, l'oraison et la pénitence".

 

Historique

 

Marguerite Richard est née le 15 mars 1888 à Paris, et baptisée le 18 mars en la Paroisse Saint Augustin. Dès son enfance elle se sent attirée par le Seigneur, mais les épreuves de sa jeunesse semblent l'en détourner.

 

Apprentie couturière dès l'âge de 14 ans, puis au service d'un antiquaire, elle fut placée à 20 ans comme femme de chambre jusqu'à la guerre (1914).

 

Après un projet de mariage qui échoue, elle se retrouve mère célibataire en 1915.

 

C'est en 1920 qu'elle s'achemine vers une consécration définitive au Seigneur. Le 21 mars 1926 elle devient Soeur Marie Joseph dans le Tiers Ordre Franciscain, et s'offre en victime pour le Sacerdoce à la demande de son père spirituel, le Père Henri Caron, franciscain.

A partir de 1927, Marguerite reçoit du Seigneur ce qu'elle appelle des "lumières" sur :

  •  la primauté du Christ et de Marie dans le Mystère de l'Incarnation
  •  le Sacerdoce Royal de Marie (Sacerdoce mystique)
  • le Sacerdoce Royal des baptisés.

Méditant sur la place de Marie auprès de son Divin Fils, l'unique grand Prêtre, elle découvre émerveillée la vocation des femmes appelées à la suite de Marie à soutenir par une sorte de maternité spiriturelle la vocation des prêtres.

Elle écrivait le 9 mars 1928 :

"Ma Mission la voici ! Faire reconnaître la Royauté de Jésus et de Marie dans l'amour par le Sacerdoce, sous une forme double que Dieu veut voir établir universellement, et par ce moyen, renouveler dans la charité toute son Eglise. Ce sera comme une Pentecôte d'amour sur le monde."

Pour faire connaître cette vocation parait une brochure: "Soyons les aides du sacerdoce" et dès 1929, sur le conseil de leurs pères spirituels, plusieurs personnes font l'offrande de leur vie en faveur du sacerdoce. 

 

En 1935, Soeur Marie-Joseph reçoit du Seigneur, l'ordre de fonder une communauté religieuse. Elle recevra le nom de Mère Marie+Joseph de la Trinité, mais les soeurs l'appelleront toujours "Petite Mère".

En plus des 3 voeux religieux (pauvreté, chasteté et obéissance) elles ajoutent à leur consécration le "voeu d'abandon pour la royauté du Christ, en faveur du sacerdoce".

Petite-Mère savait qu'elle ne verrait pas les fruits de l'oeuvre du Sacerdoce Royal de Marie confiée par le Seigneur. Elle s'était réjouie de l'ouverture du Concile Vatican II, rappelant la complémentarité du sacerdoce royal du baptême et du sacerdoce ministériel. Avant de mourir, le 27 mai 1964, elle exhorte son entourage à suivre Pierre et Marie : c'est à dire s'attacher à Pierre - le Pape - et aux évêques unis à lui, et prendre la Vierge Marie comme modèle pour servir le Christ et ses apôtres - les prêtres.

 

"Un mot me donne la clé de tout : AMOUR !"

"Oui, je crois à l'Amour divin qui va réchauffer le monde. Je crois à l'Amour qui entoure les âmes qui se livrent à Lui dans la sincérité du coeur et l'humilité de l'esprit qui s'abandonne à la puissance de cet Amour pour le regénérer divinement malgré la faiblesse et les fautes passées, Amour de vérité, Amour de fécondité qui avec rien peut faire de grandes choses !"

"L'aimer, le faire aimer c'est toute ma vie."

"Ma voie est celle de Marie et devra être celle des âmes qui me suivront."

"Vivre notre sacerdoce royal est le fondement de notre spiritualité, à la suite de Marie dont nous représentons le Sacerdoce mystique à la gloire du Père."

"Chères enfants, soyez le rayonnement de la bonté divine, soyez entre-vous et pour tous le sourire de Marie, de sa maternité toute miséricordieuse. Voilà le mot d'ordre de notre vie :

Glorifier l'Amour en étant amour !"

 

Contact

Communauté des Soeurs du Sacerdoce Royal de Marie - Maison Marie+Joseph - 15, "Le Gardon Frit" - 36180  HEUGNES 

Tél : 02 54 39 05 08 - @ : sacerdoce.royal.marie@diocese-bourges.org