Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

29 février

Deuxième livre des Rois 5,1-15a. 


En ces jours-là, Naaman, général de l’armée du roi d’Aram, était un homme de grande valeur et hautement estimé par son maître, car c’est par lui que le Seigneur avait donné la victoire au royaume d’Aram. Or, ce vaillant guerrier était lépreux. 
Des Araméens, au cours d’une expédition en terre d’Israël, avaient fait prisonnière une fillette qui fut mise au service de la femme de Naaman. 
Elle dit à sa maîtresse : « Ah ! Si mon maître s’adressait au prophète qui est à Samarie, celui-ci le délivrerait de sa lèpre. » 
Naaman alla auprès du roi et lui dit : « Voilà ce que la jeune fille d’Israël a déclaré. » 
Le roi d’Aram lui répondit : « Va, mets-toi en route. J’envoie une lettre au roi d’Israël. » Naaman partit donc ; il emportait dix lingots d’argent, six mille pièces d’or et dix vêtements de fête. 
Il remit la lettre au roi d’Israël. Celle-ci portait : « En même temps que te parvient cette lettre, je t’envoie Naaman mon serviteur, pour que tu le délivres de sa lèpre. » 
Quand le roi d’Israël lut ce message, il déchira ses vêtements et s’écria : « Est-ce que je suis Dieu, maître de la vie et de la mort ? Ce roi m’envoie un homme pour que je le délivre de sa lèpre ! Vous le voyez bien : c’est une provocation ! » 
Quand Élisée, l’homme de Dieu, apprit que le roi d’Israël avait déchiré ses vêtements, il lui fit dire : « Pourquoi as-tu déchiré tes vêtements ? Que cet homme vienne à moi, et il saura qu’il y a un prophète en Israël. » 
Naaman arriva avec ses chevaux et son char, et s’arrêta à la porte de la maison d’Élisée. 
Élisée envoya un messager lui dire : « Va te baigner sept fois dans le Jourdain, et ta chair redeviendra nette, tu seras purifié. » 
Naaman se mit en colère et s’éloigna en disant : « Je m’étais dit : Sûrement il va sortir, et se tenir debout pour invoquer le nom du Seigneur son Dieu ; puis il agitera sa main au-dessus de l’endroit malade et guérira ma lèpre. 
Est-ce que les fleuves de Damas, l’Abana et le Parpar, ne valent pas mieux que toutes les eaux d’Israël ? Si je m’y baignais, est-ce que je ne serais pas purifié ? » Il tourna bride et partit en colère. 
Mais ses serviteurs s’approchèrent pour lui dire : « Père ! Si le prophète t’avait ordonné quelque chose de difficile, tu l’aurais fait, n’est-ce pas ? Combien plus, lorsqu’il te dit : “Baigne-toi, et tu seras purifié.” » 
Il descendit jusqu’au Jourdain et s’y plongea sept fois, pour obéir à la parole de l’homme de Dieu ; alors sa chair redevint semblable à celle d’un petit enfant : il était purifié ! 
Il retourna chez l’homme de Dieu avec toute son escorte ; il entra, se présenta devant lui et déclara : « Désormais, je le sais : il n’y a pas d’autre Dieu, sur toute la terre, que celui d’Israël ! Je t’en prie, accepte un présent de ton serviteur. »

 

Pour lire les textes du jour, rendez-vous sur l'AELF  

 

 

Méditation proposée par le P. Stéphane de Maistre

Le général Naaman a la lèpre au revers de ses médailles ; la puissance et la fragilité se rencontrent, c’est le signe de notre humanité. C’est une petite fille qui dit au grand Général si tu savais le don de Dieu… il nous a donné à nous, peuple asservie, un prophète. C’est au grand Général de faire un petit geste pour être purifié et libéré de sa lèpre et de sa suffisance. On entend la voix du prophète qui souffle dans le désert : cesse d’être puissant sois croyant. Cette page ressemble à un conte pour enfant aussi simple que vrai.

Orientation pour la journée : où est-ce que tu dois descendre, dans quelle rivière tu dois te baigner, quelle enfant tu dois écouter pour vivre cette simplicité. Là, dépouillé de tes carapaces, dans l’eau baptismale tu vas rencontrer celui qui l’a fait avant toi avec Jean dans le Jourdain… pour lui aussi ce fut le début d’une belle histoire.