Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

25 février

Livre de Jérémie 17,5-10. 


Ainsi parle le Seigneur : Maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel, qui s’appuie sur un être de chair, tandis que son cœur se détourne du Seigneur. 
Il sera comme un buisson sur une terre désolée, il ne verra pas venir le bonheur. Il aura pour demeure les lieux arides du désert, une terre salée, inhabitable. 
Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur, dont le Seigneur est la confiance. 
Il sera comme un arbre, planté près des eaux, qui pousse, vers le courant, ses racines. Il ne craint pas quand vient la chaleur : son feuillage reste vert. L’année de la sécheresse, il est sans inquiétude : il ne manque pas de porter du fruit. 
Rien n’est plus faux que le cœur de l’homme, il est incurable. Qui peut le connaître ? 
Moi, le Seigneur, qui pénètre les cœurs et qui scrute les reins, afin de rendre à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actes.

 

Pour lire les textes du jour, rendez-vous sur l'AELF  

 

 

MÉDITATION PROPOSÉE PAR LE P. STÉPHANE DE MAISTRE

Qu’est-ce qui est premier à tes yeux, quand tu te lèves le matin c’est quoi ton premier désir et c’est quoi qui te fait avancer tout au long du jour. Les forces vives, tu les puises où ?

Le prophète Jérémie t’interpelle à sa manière, un peu rugueuse, mais attentive aux fausses routes, tu sais ces choses que l’on nous fait gober et qui nous empêchent de respirer. Ces choses qui prennent toute la place et qui ne laissent plus le souffle de l’Esprit entrer en nous. Le cœur de l’homme est incurable mais il est cependant capable de mettre sa foi et sa confiance en Lui le Dieu d’amour ; et ne crains pas le réchauffement il reste vert !

Orientation pour la journée : laisse-toi aller, laisse tes racines tomber jusqu'à la nappe d’eau baptismale où tu as été plongé une fois pour y baigner la vie entière. Redis-toi à ton lever et à ton travail, au repas et à la douche que tout vient de ce premier bain. Merci Seigneur.