Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Retour sur un ciné-débat aux saveurs québecoises

Le film "La Passion d'Augustine" a été diffusé au cinéma le Rio de Saint-Florent-sur-Cher ce jeudi 26 mai. Mgr Maillard était présent, accompagné du père Godefroy pour répondre aux questions des cinéphiles venus découvrir ce film très réussi.

Ce jeudi Mgr Maillard et les P. Godefroy et Durand étaient présents pour répondre aux questions des spectateurs venus regarder le film "La Passion d'Augustine" dont nous vous parlions la semaine dernière.

Ce film a immédiatement marqué le père Godefroy, qui a pu témoigner de ce qu'il a déjà vécu là-bas lors des JMJ de Toronto en 2002. Les jeunes attendaient un dynamisme, un souffle de la part des jeunes français.

Le film parle effectivement de coups portés à l'Église dans les années 60 lorsque l'État reprend la main sur le secteur de l'éducation, mettant à mal plusieurs couvents et écoles catholiques. La notion de liberté apportée par le voile a d'ailleurs bien marqué la salle. La perte du voile vécue comme un emprisonnement, comme une contrainte n'a laissé personne indifférent, bien que le rythme des saisons dans le film caractérisent un renouveau, une évolution positive, le passage d'un monde figé à un monde qui se meut.

Certaines personnes ont pu se souvenir également d'un certain autoritarisme que l'on perçoit bien dans le film, notamment lors de la scène d'une soeur voulant faire prononcer une phrase imprononçable à une jeune fille bègue.

Le débat dans la salle a ensuite porté sur la vente des édifices religieux et la trace de la religion catholique dans la société québécoise, notamment grâce aux lumières que l'association Berry-Québec a pu nous apporter. L'adaptabilité rapide du Québec étant en partie due à la nouveauté de sa culture, bien moins ancienne que la culture européenne.

Si l'association semblait alarmiste quant à la présence actuelle de l'Église au Québec, Mgr Maillard et le père Godefroy se sont voulus plus rassurants.

C'est une séance et un débat enrichissants auxquels nous avons pu assister. Chacun est ressorti satisfait d'avoir passé une belle soirée avec encore sur les lèvres, devant le cinéma, de quoi nourrir encore un peu le débat avec famille et amis.

François Chasseriau

Le 27 mai 2016

 

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.