Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Effort de Carême : en parler aux enfants

Vivre le Carême c'est une chose, mais c'est encore mieux de pouvoir le vivre en famille tout en parlant à ses enfants. Il n'est pas toujours simple de trouver les mots et de sortir des clichés de la simple privation.

Vos enfants connaissent peut-être par coeur la fuite en Égypte ou les quarante jours dans le désert, n’empêche qu'il est parfois difficile de leur faire comprendre la démarche spirituelle que propose le Carême autrement que par des privations, alimentaires ou autres. L’enjeu est donc de les accompagner dans une réflexion, à leur échelle, sur la manière d’agir, le comportement à adopter par rapport aux autres et les moyens qu’ils pourraient mettre en oeuvre pour l’améliorer.

Cela peut être dans la relation à Dieu, par un petit temps de prière en famille chaque soir par exemple, pour que la proximité avec le Seigneur leur devienne plus familière et naturelle. On peut également les amener à réfléchir sur la manière de témoigner de l’amour du Christ à ses frères et soeurs, ses parents, ses amis, sa maîtresse… Et en ce sens, les inciter à rendre service, à donner de petites attentions à leurs proches. Quelque soit l’option choisie par chaque famille, voici quelques conseils pour en parler et vous faire comprendre d'eux dès le plus jeune âge.

Trouver les mots pour en parler

"Dieu ne sait pas compter", rappelle Isabelle Parmentier, du service de la formation dans le diocèse de Poitiers. "On peut dire aux enfants : Dieu ne vous aime pas plus parce que vous allez vous priver de bonbons. Mais c’est parce que vous êtes aimés par lui que vous allez partager vos friandises avec les copains.”

Pâques n’est pas une récompense à tous les efforts que nous aurions pu réaliser pendant cette période. Au contraire, c’est un commencement. "Par le baptême, la Résurrection est déjà au cœur de nos vies. Le temps du carême et celui de Pâques ne font qu’un, dit-elle aux parents. Il faut le vivre dans la solidarité, la paix et la joie." Les enfants comprennent très bien ce langage : "Dieu ne nous demande jamais de souffrir mais de nous aimer les uns les autres. C’est sa seule volonté."

Se priver, oui, mais pourquoi ?

Le jeûne est une notion délicate à aborder avec un enfant. Céline Tastevin est l’auteure du Carnet de carême proposé aux catéchistes et aux parents par Fidesco, l’organisation de solidarité internationale de la communauté de l’Emmanuel. Cette jeune maman prend l’exemple d’un seau rempli de sable à ras bord. "Pour faire entrer autre chose, il faut enlever un peu de sable. Avec notre cœur, c’est pareil. Dans cette place vide, on peut accueillir la parole de Dieu." On ne se prive pas pour être un héros mais pour être plus proche de Dieu et des autres. 

Autre image : celle d’un gros chou vert, facile à trouver au marché en cette saison. Avec les petits, dès l’âge de 4 ans, on retire les épaisses feuilles périphériques pour découvrir la tendresse du cœur. À 7 ans, ils sont déjà capables de chercher à quoi pourrait correspondre dans leur vie chaque feuille retirée : un peu moins d’ordinateur pour un peu plus de services rendus à la maison, une rancœur abandonnée contre une copine / un copain indélicat(e)… 

François Chasseriau

Le 5 avril 2017

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.