Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Chrétiens et musulmans : prions les uns pour les autres

Aujourd'hui le ramadan démarre pour les musulmans. Cette période de privation d'un mois est comparable à notre carême en ce qu'elle doit porter du fruit spirituel.

Le ramadan est une période privilégiée pour les muslmans pour se tourner vers Dieu et recevoir de Lui Sa miséricorde et Sa paix.

Les services des relations avec l'Islam de l'Indre et du Cher présentent donc tous leurs voeux pour que les efforts consentis durant ce mois tout particulier portent leurs fruits spirituels.

Aujourd'hui, nos communautés vivent des périodes très dures à différents endroits du globe et nous devons unir notre prière pour ces chrétiens et musulmans qui vivent au coeur de ces conflits dramatiques.

Vous trouverez ici-même la lettre adressée aux musulmans par le service des relations avec l'Islam du Berry.

 

François Chasseriau

Le 17 juin 2015

 

Mieux comprendre : qu'est-ce que le Ramadan ?

 

Le neuvième mois lunaire du calendrier hégirien est ramadan . Mois sacré par excellence. «Le Coran a été révélé [m. à m. «est descendu»] durant le mois de ramadan» dit le Livre (Coran, II, 185). Chaque jour du mois, depuis la venue de la nouvelle lune, doit être marqué par un jeûne strict (sawm , parfois siyam ). Le jeûne cesse quand l’apparition du premier quartier de la lune suivante est dûment constaté. Ramadan est donc à la fois fête du Coran et jeûne prescrit.

les tables du Miséricordieux: partage avec les plus pauvres

Ce dernier est un jeûne diurne qui doit être absolu depuis que l’aube permet de distinguer «le fil blanc du fil noir» et jusqu’à la nuit (Coran, II, 187). Toute une casuistique extrêmement précise a été mise en place par la tradition et les écoles juridiques: conditions, exigences et limites du jeûne. Il serait trop long d’en énumérer les règles et d’évoquer les divergences selon les écoles. L’enseignement commun peut être résumé ainsi: pour que le jeûne soit valide, il faut en formuler l’intention (niyya ), et s’abstenir avec soin de tout ce qui pourrait le rompre (al-muftirat ). Des cas de conscience ont été posés presque à l’infini pour déterminer ces muftirat qui «briseraient» le jeûne. Le Coran prescrit l’absence totale de nourriture, de boisson et de relations sexuelles. Les traditions y joignirent toute entrée volontaire de substance étrangère dans le corps et toute évacuation de semen ou de sang. Aucune interdiction légale ne concerne les nuits de ramadan.

Une fois atteinte la puberté, nul n’est totalement dispensé du jeûne, obligation personnelle (fard al-‘ayn ) pour tout croyant sain d’esprit. Seuls sont prévus des «allégements»: les malades en danger de mort sont dispensés; peuvent l’être de même les personnes âgées. Mais ces malades, s’ils guérissent, et les vieillards doivent compenser le jeûne par des aumônes. La femme enceinte ou la nourrice, les malades qui ne sont pas en danger de mort, le voyageur (surtout si le voyage présente quelque difficulté), ceux enfin qui sont astreints à un travail pénible ont le droit de rompre le jeûne, mais ils sont tenus ensuite de remplacer scrupuleusement les jours omis, dès qu’ils le peuvent.

Le jeûne du ramadan est l’un des cinq «piliers» (arkan ) de l’islam. Il engage la communauté. Tout au long du mois, la vie sociale revêt une note spécifique qui fait du jeûne un témoignage de la cité elle-même. Des musulmans qui ne pratiquent plus guère les prières quotidiennes continuent de jeûner. Des incroyants déclarés ne rompront pas le jeûne en public. De l’aube au coucher du soleil, la vie sociale est comme suspendue; et, quand l’islam est religion d’État, il appartient à la police des mœurs (hisba ) et même à la police gouvernementale (shurta ) d’empêcher que l’on ne mange, ou ne boive, ou ne fume en public. Les conditions de vie du monde moderne, certains travaux industriels notamment, ne sont pas sans poser des questions nouvelles. Mais aucun consensus n’est intervenu pour modifier vraiment les pratiques traditionnelles.

Cette rigueur et cette unanimité, cette valeur sociale du jeûne ne contredisent pas la portée proprement ascétique et purificatrice, quasi sacrificielle, qu’aime à lui reconnaître, à la suite du Coran, la spiritualité musulmane. Sans doute les nuits de ramadan sont parfois l’occasion de réjouissances, voire de licences, dès lors qu’ont été remplies les strictes conditions du jeûne diurne. Mais les auteurs spirituels enseignent qu’il ne faut point passer tout le jour à dormir, qu’il faut rester sobre la nuit, qu’il ne faut point manger ou boire avec avidité dès le coucher du soleil, si l’on veut que le jeûne garde son vrai sens qui est de combattre les passions et de rapprocher l’âme de Dieu.

Le mois de ramadan possède en outre une valeur commémorative, puisqu’il est celui où «le Coran descendit comme direction pour les hommes» (II, 185). C’est donc bien la fête du Coran qui est célébrée au cours de ces vingt-huit ou vingt-neuf jours de jeûne, qui deviennent une longue commémoration de la «descente» du Livre. La date culminante est l’une des nuits de la dernière décade, de préférence la nuit du vingt-sixième au vingt-septième jour. C’est laylat al-qadr , «la nuit du Destin», qui est chantée par la surate XCVII et qui est une «Nuit bénie» (Coran, XLIV, 3). Les musulmans pieux la solennisent en la passant à la mosquée, et en célébrant un office où le texte coranique doit être psalmodié en son entier.

En divers autres jours de ramadan sont fêtés des anniversaires mémorables: le 6, la naissance de Husayn, petit-fils du Prophète, le martyr de Kerbela; le 10, la mort de Khadija, première épouse de Muhammad; le 17, la bataille victorieuse de Badr; le 19, la prise de La Mekke par les premiers musulmans; le 21, la mort de ‘Ali, assassiné à Kufa, et le 22, sa naissance.

Les jours et les nuits de ramadan se succèdent ainsi, voués au culte du Coran, au jeûne purificateur et à la célébration des grandes dates de l’islam naissant.

Louis GARDET, « RAMADĀN  », Encyclopædia Universalis [en ligne]