Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eglise Catholique en Berry Diocèse de BourgesDiocèse de Bourges
menu

Année de la Miséricorde, bilan à mi-parcours

Le journal La Croix a publié ce mercredi 8 juin un bilan à mi-parcours du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde et a choisi Bourges pour venir enquêter sur le sujet.

La porte Jubilaire, symbolisée par un drap rouge près d'une des portes latérales de la cathédrale, n'est pas toujours remarquée par les visiteurs qui en ignorent souvent le sens.

Le journal La Croix rapporte les propos de Thibault, 28 ans, et Éléonore, 22 ans, qui attendaient le début de la visite de la cathédrale de Bourges (Cher). Assis sur les bancs à quelques mètres de la porte jubilaire. Hasard ? « Oui, nous ne l’avions pas remarquée », s’excuse le couple qui avoue ne pas avoir entendu parler de l’Année de la miséricorde. Ils s’expliquent : « Nous ne sommes pas catholiques ». 

Le P. Quessard, curé de la cathédrale Saint-Étienne de Bourges, a expliqué que « Au détour d’une simple visite culturelle, une personne peut être touchée et découvrir Dieu grâce, notamment, à cette porte sainte et au parcours jubilaire. » Installé au long de la cathédrale, ce parcours propose en cinq « stations » et à l’aide d’un carnet explicatif, une visite de la cathédrale sous le prisme de la miséricorde.

Le père explique que, l'air de rien, lesdits carnets sont pris par les visiteurs à tel point qu'il est nécessaire d'en réimprimer régulièrement.

La Croix rapporte également les propos d'autres visiteurs tels que Sylvie ou même Quentin, pour qui la miséricorde c'est « Dieu qui vient nous réconcilier avec nos blessures profondes et nous redonner l’espérance pour en être porteurs, dans cette société où beaucoup d’hommes peuvent céder au repli sur soi et au découragement. » « C’est être, concrètement, davantage à l’écoute de l’autre, y compris au sein de la famille, ajoute Philip, sexagénaire britannique qui a élu domicile en France depuis de nombreuses années sans perdre son accent. C’est être attentif et voir ce dont l’autre a besoin pour pouvoir le lui donner. »

C'est donc un bilan général à mi-parcours difficile à mesurer à l'échelle mondiale du fait de sa généralisation à tous les diocèses du monde, mais un bilan local bon, qui a le mérite d'interroger, de mobiliser et d'inciter les gens à suivre un chemin de miséricorde. Ce qui est certain, c'est que ce jubilé a généré une grande créativité de la part des diocèses du monde.

Le très bon article est à lire en partie sur le site internet de La Croix ou en intégralité dans le numéro de ce 8 juin 2016.

 

François Chasseriau

Le 8 juin 2016

Source : www.la-croix.com

Ajouter un commentaire

Vous pouvez ajouter un commentaire en complétant le formulaire ci-dessous. Le format doit être plain text.